Le Front Polisario condamne l’agression contre des activistes sahraouis des droits de l’homme et des observateurs étrangers

Bir Lehlu (territoires libérés), 25/08/2010 (SPS) Le Front Polisario a fermement condamné l’agression « brutale » perpétrée lundi par les forces de répression marocaines dans la ville occupée d’El Aaiun contre cinq activistes sahraouis des droits de l’homme à leur retour d’Alger et des observateurs étrangers.

« La communauté internationale ne peut pas continuer à tolérer les abus de l’Etat marocain à l’encontre des citoyens sans défense, dont leur seul délit est d’appeler pacifiquement à permettre au peuple sahraoui d’exercer son droit inaliénable à l’autodétermination et l’indépendance, à travers un référendum libre, équitable et impartial », a écrit mercredi, le président de la République, Mohamed Abdelaziz, dans une lettre adressée au Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon.

A cet égard, le président de la République a appelé les Nations Unies à assumer sa responsabilité entière dans la protection des droits de l’homme au Sahara Occidental, dans l’attente de la décolonisation de ce territoire occupé par le Maroc depuis plus de trois décennies.

Il a également rappelé la nécessité pour la création d’un mécanisme onusien pour cette mission, exhortant l’ONU à imposer des pressions et de sanctions sur le Gouvernement afin de se conformer aux exigences du droit international et mettre fin aux violations flagrantes des droits de l’homme au Sahara occidental.

« Le gouvernement marocain doit assumer l’entièrement responsable des conséquences qui peuvent en découler de ces violations répétées, visant à saper les efforts de la communauté internationale devant parvenir à une solution juste et définitive du conflit au Sahara occidental et instaurer la paix et la stabilité dans la région », a averti le président de la République.

Le président de la République a enfin, exhorté le SG des Nations unies à intervenir d’urgence auprès des autorités marocaines pour la libération du prisonnier politique sahraoui, Yahya Mohamed El Hafed Iazza condamné à 15 de prison ferme et tous ses compatriotes qui croupissent encore dans les prisons marocaines, dont, Ali Salem Tamek, Brahim Dahane et Hammadi Nassiri, emprisonnés à Salé (Maroc) depuis octobre dernier pour avoir visité leurs proches dans les camps de réfugiés sahraouis. (SPS)