Le colonel El Gueddafi / Le référendum sur l’autodétermination au Sahara occidental est «l’unique solution»

Le Guide de la Révolution libyenne, le colonel Maammar El Gueddafi a souligné, mardi soir à Tripoli, que le référendum sur l’autodétermination au Sahara occidental est “l’unique solution à laquelle il faut recourir”.
Lors d’une rencontre avec une délégation algérienne composée de représentants des partis de l’Alliance présidentielle (FLN, RND, MSP), le colonel El Gueddafi a affirmé “je persiste à dire que le référendum était l’unique solution”, ajoutant qu’“il est insensé pour nous, en tant que frères, arabes et musulmans, de nous quereller mutuellement. Nous ne devons plus recourir aux armes”, a-t-il souligné. “J’insiste toujours sur le référendum sans lequel il n’y a pas d’autre solution”, a affirmé le Guide de la Révolution libyenne soulignant qu’il faut “convaincre toutes les parties qui rejettent le référendum d’y recourir”. “Il est établi de par le monde que l’on ne peut occuper, s’accaparer ou réprimer un groupe de personnes contre sa volonté” a-t-il encore souligné, rappelant que l’autodétermination est “un principe universel”. Il a indiqué, par ailleurs, que le peuple sahraoui avait le droit de choisir, à travers un référendum parrainé par les Nations unies, d’adhérer au Maroc ou d’opter pour l’indépendance. “Si les sahraouis diront Non et  optent pour leur indépendance nul ne saurait les contraindre à choisir une autre solution”, a souligné le Colonel El Gueddafi.         Le dirigeant libyen a qualifié par ailleurs la question du Sahara Occidental de “problème douloureux”, affirmant que cette question a “constitué un frein à la concrétisation de l’Union du Maghreb arabe (UMA)“. Le colonel El Gueddafi s’est dit également “fier” de la révolution algérienne, de son peuple et de ses épopées, et présenté ses félicitations au peuple algérien à l’occasion de la fête de l’indépendance. “Le peuple arabe tout entier a adopté la révolution algérienne”, a ajouté le dirigeant libyen. S’agissant de la réforme de la Ligue arabe, le guide libyen a souligné en substance: “On ne peut prendre une décision à ce sujet qu’après accord des souverains et chefs d’Etat”, a-t-il ajouté, précisant à ce propos que les propositions issues du mini sommet arabe tenu la semaine dernière à Tripoli, “seront soumises au prochain sommet”. 
Le Citoyen, 7/7/2010