Le Maroc s’entête et rejette les conditions algériennes

Tout en réitérant son appel pour l’ouverture des frontières
Encore une fois, le Royaume chérifien a appelé l’Algérie à rouvrir ses frontières, fermées depuis 16 années, tout en qualifiant la proposition portant sur l’autodétermination au Sahara occidental, rejeté par le Front Polisario, comme étant un « projet prometteur », tout en prétendant que les membres du Conseil de sécurité sont tous d’accord sur « cette issue politique du conflit ».
Cet appel a été fait par le premier ministre marocain, Abbas El Fassi, « pour les intérêts de développement dans les deux pays », a-t-il précisé. Il intervient après plusieurs autres émis par les autorités marocaines. Pour rappel, l’Algérie a pris la décision de fermer ses frontières terrestres suite à l’imposition du visa sur les ressortissants algériens par le royaume chérifien.
Dans le même cadre, le même interlocuteur a fait allusion à la condition algérienne pour la réouverture des frontières, à savoir le droit des sahraouis à organiser un référendum d’autodétermination. « Le dossier est actuellement au niveau de l’ONU, ça ne sert à rien de débattre des plans inapplicables et basés sur des formules dépassées, il est préférable de chercher une issue politique basée sur le réalisme », a-t-il déclaré. A relever que cette position renseigne sur le rejet de l’une des conditions transmises par l’Algérie au Maroc pour la réouverture des frontières.
Il y a lieu de rappeler que Rabat a annulé le visa imposé aux ressortissants algériens souhaitant se rendre au Maroc, au lendemain de la rencontre historique qui a eu lieu entre le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et le roi Mohammed VI, à l’occasion du Sommet arabe, tenu à Alger, en 2005.