L’avenir de la paix en Afrique est largement lié au parachèvement de la décolonisation du Sahara Occidental (diplomate sahraoui)

Abuja (Nigeria), 16/05/2010 (SPS) L’Ambassadeur sahraoui au Nigeria, M. Oubi Bouchraya Bachir, a affirmé que « le problème de décolonisation du Sahara Occidental n ‘affecte pas l’avenir de la paix et de la stabilité en Afrique du Nord uniquement mais dans la région tout entière ».
Intervenant devant la 16ème assemblée générale des enseignants des universités nigérianes qui se tient dans la ville de Markudi, capitale de l’Etat de Benue, le diplomate sahraoui a relevé que « le problème de décolonisation du Sahara Occidental n’affecte pas l’avenir de la paix et de la stabilité en Afrique du Nord uniquement mais dans la région tout entière, l’occupation militaire marocaine du Sahara Occidental étant une violation flagrante du principe fondamental de l’OUA , a savoir le respect des frontières héritées du colonialisme ».

L’ambassadeur sahraoui a ajouté que grâce à l’OUA les Etats africains indépendants ont réussi à préserver de bonnes relations de voisinage tout au long des dernières décennies ». « Soutenir la cause sahraouie c’est soutenir aussi le droit international et protéger la charte de l’union africaine contre l’impétuosité de l’expansionnisme et de l’occupation des territoires d’autrui », a souligné l’ambassadeur sahraoui.

Il a en outre indiqué que « jusqu’a ce jour, les négociations directes entre les deux parties au conflit, le Maroc et le Front Polisario, n’ont abouti à aucun règlement faute d’une volonté politique du Maroc et le non respect par ce dernier du cadre et de l’objectif des négociations » à savoir l’autodétermination du peuple sahraoui conformément aux principes de la charte de l’ONU.

« Les manifestations quotidiennes contre l’occupation organisées dans les villes sahraouies occupées outre la résistance du peuple sahraoui dans les camps de réfugiés et dans les territoires libérés et de la diaspora sont une preuve formelle de la ferme volonté du peuple sahraoui de recouvrer sa liberté et son indépendance, une volonté qui finira par triompher quel que soit le prix et il demeure de l’intérêt du Maroc, du peuple sahraoui et des pays de la région la cessation de la confiscation de cette volonté ».

Le diplomate sahraoui a par ailleurs précisé que « la lenteur de la communauté internationale et précisément le conseil de sécurité de l’ONU dans l’élargissement des prérogatives de la Minurso au contrôle et à la protection des droits de l’homme encourage le Maroc à continuer à défier la légalité internationale et ses violations des droits des civils sahraouis sous occupation ».

Il a en outre indiqué que la proposition sahraouie soumise à l’ONU le 10 avril 2007 fait toujours l’objet de négociations étant « une contribution constructive, généreuse et responsable pour partager la facture d’une paix juste et définitive avec les frères marocains au vu des garanties qu’elle offre et qui répondent à toutes les préoccupations du Maroc sur les plans économique, sécuritaire et social ».

Le diplomate sahraoui a également attiré l’attention sur « la thèse marocaine qui constitue un revirement ce qui signifie un retour au point de départ ». (SPS)