La situation des détenus inquiète le président sahraoui

Il sont plus d’une cinquantaine à croupir dans les prisons marocaines
Par : Ines Amroude
Le président Abdelaziz a déploré la position des autorités marocaines qui font fi des revendications légitimes des détenus politiques sahraouis en mettant leur vie en danger après plus de quarante jours de grève de la faim.
Le président sahraoui Mohamed Abdelaziz a exprimé la préoccupation des autorités sahraouies quant à la situation alarmante de plus de cinquante détenus politiques sahraouis dans les prisons marocaines. « Nous sommes préoccupés par la situation alarmante des droits de l’Homme au Sahara occidental et les violations marocaines à travers l’arrestation de plus de cinquante militants politiques sahraouis pour avoir défendu de manière pacifique et civile la Charte et les résolutions des Nations unies et le droit de peuple sahraoui à l’autodétermination », a souligne le président sahraoui à l’issue de sa rencontre avec le président de la région autonome de Murcie (Espagne), Ramon Luis Valcarcel, rapporte l’APS. Le président Abdelaziz a par ailleurs déploré la position des autorités marocaines qui font fi des revendications légitimes des détenus politiques sahraouis en mettant leur vie en danger après plus de quarante jours de grève de la faim. Il a appelé à ce que les positions du gouvernement espagnol soient en concordance avec l’élan de solidarité exprimé en faveur de la cause sahraouie par des partis et des forces politiques espagnols. Le président sahraoui a souligné dans le même contexte que « cette position honorable doit être celle du gouvernement espagnol pour qu’il assume sa responsabilité historique et juridique vis-à-vis de la décolonisation du Sahara occidental et adopte une position plus claire et plus ferme outre celle de la légalité internationale de soutien à l’autodétermination du peuple sahraoui et la protection des droits de l’Homme dans les territoires sahraouis occupés ». Il a en outre souligné la volonté du Front Polisario à établir des relations plus étroites entre les régions européennes et les wilayas de la RASD. Enfin, le président sahraoui a lancé un appel au président de la région autonome de Murcie, pour faire du Comité des régions d’Europe et de la capitale de l’UE, une tribune de défense des droits de l’Homme, de liberté, de justice et du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, conformément aux valeurs et principes sur lesquels a été fondée l’Union européenne.