Un ministre suédois demande à ne pas inscrire les eaux sahraouies dans l’accord de pêche européen avec le Maroc

Stockholm (Suède), 14/05/2010 (SPS) Le ministre suédois de la pêche et de l’agriculture M. Eskil Erlandsson a affirmé avoir demandé à l’Union Européenne de ne pas inscrire les eaux sahraouies dans le renouvellement de l’accord de pêche européen avec le Maroc, a-t-on indiqué vendredi de source proche de la représentation du Front Polisario à Stockholm.
Le responsable suédois a indiqué avoir informé le parlement des efforts qu’il a déployés pour obtenir une évaluation complète des avantages de l’accord de pêche pour le peuple du Sahara Occidental.

Le ministre suédois a ajouté avoir également écrit au commissaire européen à la pêche sur « le besoin urgent d’une évaluation précise des avantages que le peuple sahraoui pourrait tirer de cet accord ».

A une question d’un député du parti libéral, M. Erlandsson a estimait « que tout accord futur entre l’UE et le Maroc ne doit englober les eaux du Sahara Occidental que si l’on connaît les avantages dont peut bénéficier le peuple sahraoui ».

Le département des affaires juridiques du parlement européen, a poursuivi la même source, avait précisé que l’accord de pêche signé avec le Maroc était en contradiction avec le droit international car les revenus de la pêche dans les eaux du Sahara Occidental occupé « ne profitent pas au peuple sahraoui » et par conséquent « l’instance juridique a estimé que de tels accords doivent être résiliés ou qu’il faille négocier afin d’écarter les eaux sahraouis de ces accords ».

Le député suédois a, à ce propos, relevé la nécessité pour son pays d’agir pour interrompre l’accord car comprenant les eaux sahraouies affirmant l’importance pour son pays de soutenir le droit international. (SPS)