Sahara : Un cochon vient au secours d’un autre cochon

La France contraint l’ONU à ralentir le règlement définif de l’indépendance du Sahara occidental
La France sarkosienne contraint l’ONU à ralentir le règlement définif de l’indépendance du Sahara occidentalLe Conseil de sécurité a appelé le Maroc et le Front Polisario à poursuivre les négociations sous les auspices du Secrétaire général de l’Onu en vue d’une solution pourvoyant à l’autodétermination du peuple du Sahara occidental. « En adoptant à l’unanimité de ses 15 membres la résolution 1920 (2010), parrainée par l’Espagne, les Etats-Unis, la Fédération de Russie, la France et le Royaume-Uni, et telle qu’oralement amendée, le Conseil demande aux parties de poursuivre les négociations sous les auspices du Secrétaire général, sans conditions préalables et de bonne foi, en tenant compte des efforts faits depuis 2006 et des faits nouveaux survenus depuis, en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui pourvoit à l’autodétermination du peuple du Sahara occidental », souligne un communiqué rendu public vendredi soir.

le blocage du gouvernement français sur la mise en place d’un mécanisme de contrôle et de surveillance des droits de l’homme au Sahara occidental relève de l’inconscience de l’Elysée pour soutenir aveuglément une occupation illégale d’un pays contrairement au droit international; il n’y a qu’un tandem Sarkosy-Kouchner pour soutenir l’occupation del’occupationde l’Irak de l’Afghanistan il n’y a que ce tamdem pour croire encore au protectotrat du dernier petit roi du Maroc. La visite d’élus municipaux et régionaux français intervient à un moment où la question sahraouie est en débat au Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations-Unies;l’expérience démocratique dans la gestion des campements de réfugiés sahraouis par leur gouvernement est mal vue par l’Elysée qui a toujours soutenu des Bokassa ;ainsi ,la position française bloquant la revendication du peuple sahraoui sur l’élargissement du mandat de la Minurso au contrôle et la surveillance des droits de l’homme au Sahara occidental, est incompréhensible.