« Souffrance des étudiants sahraouis au sein des universités du Royaume marocain » (activistes sahraouis)

Blida, 04/05/2010 (SPS) Des étudiants sahraouis activant dans le domaine des droits de l’Homme ont fait part des « souffrances » des étudiants sahraouis, au sein des universités et instituts marocains, soulignant le « mauvais traitement » dont ils font l’objet.
En marge de la visite d’une délégation de militants sahraouis à l’Université de Blida (Alger), un étudiant sahraoui a mis l’accent sur « les souffrances » des étudiants sahraouis au sein des instituts et universités du Maroc, en raison de « l’éloignement et du mauvais traitement ».

L’étudiant sahraoui a rappelé que la souffrance des étudiants sahraouis qui étudient au Maroc « se poursuit depuis l’occupation marocaine en 1975 avec la complicité des autorités officielles marocaines qui ont armé des milices dans les différents sites universitaires qui comptent des étudiants sahraouis ».

Le militant sahraoui a rappelé « les deux étudiants Baba Khaya et Houssein Kteif, assassinés par ces milices marocaines armées dans les sites universitaires d’Agadir et de Marrakech », ajoutant que « les autorités marocaines ont également clôturé les différentes universités pour imposer un contrôle strict aux étudiants sahraouis ».

Une militante sahraouie a de son côté rappelé l’agression de l’étudiante sahraouie Sultana Khaya par des forces marocaines lors d’une manifestation pacifique à l’Université de Marrakech, qui lui avait coûté l’œil gauche ».

Elle a également cité l’exemple du « militant Salem Saïdi qu’on avait essayé de brûler vif », estimant que « la répression marocaine vise à entamer la détermination des étudiants sahraouis à lutter jusqu’à l’indépendance ».

Pour ce qui de l’avenir des étudiants sahraouis diplômés, le militant sahraoui Rachid Ambarek, a indiqué qu’il y a des étudiants sahraouis qui n’ont pas pu obtenir un poste d’emploi ou s’inscrire pour effectuer des études supérieures, bien qu’il soient diplômés depuis de longue date (1992).

« Dans les universités marocaines, certains professeurs tentent souvent de provoquer les étudiants sahraouis en leur posant des questions sur leur appartenance politique », a-t-il indiqué.

« Plusieurs instituts scientifiques marocains sont interdits d’accès aux étudiants sahraouis, notamment dans la spécialité d’aviation », a ajouté l’intervenant.

Concernant la présence d’étudiants sahraouis dans les universités algériennes, le militant sahraoui a précisé qu’ils « proviennent tous des camps de réfugiés, les étudiants des territoires occupés ne pouvant pas effectuer des études en Algérie car les exposant à un harcèlement et enquêtes de la part des forces d’occupation marocaines ». (SPS)