Une catastrophe qui aurait pu être évitée

Sur un livre destiné à la promotion du tourisme au Maroc, Rachid Seghrouchni, délégué permanent adjoint du Maroc auprès de l’Unesco, selon une dépêche de la « très crédible » agence MAP, a souligné que « cet ouvrage conforte les efforts déployés par le Maroc, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, pour la préservation et la promotion de notre patrimoine culturel, qu’il soit matériel ou immatériel ».

« Le Maroc, qui a ratifié en 1975 la Convention concernant la protection du patrimoine culturel et mondial, a toujours été un fervent défenseur de la préservation de ce patrimoine par la mise en œuvre d’une politique active dans ce domaine », a rappelé Rachid Seghrouchni dans une allocution au nom de Mme Aziza Bennani, ambassadeur déléguée permanente du Maroc auprès de l’Unesco.
Des propos « réconfortés » par l’effodrement, ce vendredi 19 février, du minaret d’une mosquée à Meknès, un drame qui a fait plus de 40 morts et 70 blessés.
L’effondrement de ce minaret a eu lieu au moment où des centaines de personnes assistaient à la prière du vendredi dans cette mosquée de Mekhnès qui constitue un monument historique, vieux de plusieurs siècles.
Selon les médias officiels, les pluies qui se sont abattues ces derniers jours sur Mekhnès seraient à l’origine de cette catastrophe pour couvrir la négligence des autorités, plus occupés à se remplir les poches qu’à surveiller l’état des monuments et de la population du Maroc. Pourtant, le système de Makhzen est hyper quadrillé avec des « agents d’autorité » tels que les caïds, les moqaddems, les chioukhs avant d’arriver aux gouverneurs et walis, mais c’est un système bien connu pour sa perfection dans les méthodes de détournement et de corruption. Un système dont les piliers promettent d’autres catastrophes dans l’avenir.
Les images de détresse et de colère feront le tour du monde, pendant que les chaînes marocaines annoncent que le roi Mohamed VI a décidé de prendre à son compte le financement de l’ensemble des enterrements. Pourtant cette tragédie aurait pu être évitée en restaurant ce monument rien qu’avec les dépenses du roi :
400 millions de dollars perdus dans les casinos de Macau
Des centaines de millions mis à disposition des lobbies de Washington pour gagner la bataille du Sahara Occidental ou encore pour offrir des cadeaux aux juifs canadiens.
6 millions d’euros pour le maintien de son parc automobile de plus de 600 voitures.
30 millions d’euros pour ses déplacements personnels.
Selon le magazine Forbes, le maintient des 12 palais royaux coûte 1 million de dollars par jour, alors que plus de cinq millions de marocains vivent avec moins d’un euro par jour. Sa fortune s’élève à 2,5 milliards de dollars et elle a été multipliée par cinq depuis son accès au trône.
Surnommé le Roi du Rock par Forbes, le milliardaire roi du Maroc devrait plutôt être désigné « roi de l’indécence et du gaspillage ».