« Tout le processus de paix des Nations Unies au Sahara Occidental a été complètement paralysé »

Représentation du Front Polisario aux Nations Unies: tout le processus de paix des Nations Unies au Sahara Occidental a été complètement paralysé

Dans un communiqué publié dimanche, la Représentation du Front Polisario auprès des Nations Unies à New York a rappelé que «la puissance occupante du Sahara occidental a renié à plusieurs reprises ses engagements et a persisté dans ses efforts pour saper les fondements du plan de paix, notamment le cessez-le-feu et les accords militaires connexes. En conséquence, tout le processus de paix de l’ONU au Sahara Occidental a été complètement paralysé ».

La déclaration a réaffirmé que «le cessez-le-feu en cours fait partie intégrante d’un accord global intégré, à savoir le Plan de règlement ONU-OUA, qui a été accepté par les deux parties et approuvé par le Conseil de sécurité dans ses résolutions pertinentes».

La déclaration a ajouté que «le cessez-le-feu ne peut donc pas être considéré comme un arrangement distinct du plan de paix ou une fin en soi, mais uniquement comme un moyen de créer les conditions nécessaires à l’exécution du mandat pour lequel la Mission des Nations Unies pour l’organisation du référendum au Sahara occidental (MINURSO) a été créée par le Conseil de sécurité en 1991, qui organise le référendum d’autodétermination pour le peuple du Sahara occidental ».

Voici le texte intégral de la déclaration:

« New York, 6 septembre 2020 – Vingt-neuf ans se sont écoulés depuis l’entrée en vigueur du cessez-le-feu supervisé par l’ONU au Sahara occidental conformément au plan de règlement ONU-OUA qui a été accepté par les deux parties, le Front POLISARIO et le Maroc, en août 1988 et approuvée par le Conseil de sécurité dans ses résolutions 658 (1990) et 690 (1991). Cependant, le référendum d’autodétermination prévu dans le plan de règlement ONU-OUA n’a pas eu lieu car le Maroc, puissance occupante du Sahara occidental, a renié à plusieurs reprises ses engagements et a persisté dans ses efforts pour saper les fondements du plan de paix. y compris le cessez-le-feu et les accords militaires connexes. En conséquence, l’ensemble du processus de paix de l’ONU au Sahara occidental a été complètement paralysé.

Le Front POLISARIO réaffirme que le cessez-le-feu en cours fait partie intégrante d’un accord global intégré, à savoir le Plan de règlement ONU-OUA, qui a été accepté par les deux parties et approuvé par le Conseil de sécurité dans ses résolutions pertinentes. Le cessez-le-feu ne peut donc pas être considéré comme un arrangement distinct du plan de paix ou une fin en soi, mais seulement comme un moyen de créer les conditions nécessaires à l’exécution du mandat pour lequel la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO ) a été créée par le Conseil de sécurité en 1991, qui est la tenue du référendum d’autodétermination pour le peuple du Sahara occidental.

Le Conseil de sécurité a appelé à plusieurs reprises les deux parties à adhérer pleinement aux accords militaires conclus avec la MINURSO en ce qui concerne le cessez-le-feu et à s’abstenir de toute action qui pourrait compromettre les négociations facilitées par l’ONU ou déstabiliser davantage la situation au Sahara occidental. Cependant, le Maroc s’est engagé en toute impunité dans une série d’actions déstabilisatrices et illégales visant à enraciner et à «normaliser» par la force son occupation illégale de certaines parties du Sahara occidental sous les yeux mêmes de l’ONU et de sa mission dans le territoire.

L’inaction du Secrétariat de l’ONU et du Conseil de sécurité dans le traitement strict des transgressions répétées du Maroc a gravement sapé la crédibilité et l’impartialité de l’ONU et de sa mission aux yeux du peuple sahraoui. Il est donc impératif que le Conseil de sécurité respecte pleinement la lettre et l’esprit du cessez-le-feu et des accords militaires connexes. Le Conseil devrait également veiller à ce que la MINURSO, dans l’accomplissement de son mandat, fonctionne conformément aux principes généraux applicables aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies, notamment en ayant la capacité de surveiller les droits de l’homme dans la zone de la Mission. Il est inacceptable que la MINURSO reste une exception à un moment où la promotion et la protection des droits de l’homme deviennent une priorité dans toutes les opérations de paix de l’ONU.

Ce que le peuple sahraoui attend maintenant des Nations Unies, après 29 ans de promesses non tenues, c’est de voir des actions concrètes qui témoignent d’une réelle volonté de créer les conditions nécessaires pour permettre à notre peuple d’exercer librement et démocratiquement son droit inaliénable à l’autodétermination. et l’indépendance conformément au plan de règlement ONU-OUA qui sous-tend le mandat de la MINURSO et le cessez-le-feu en cours.

Dr Sidi M. Omar

Ambassadeur, Représentant du Front POLISARIO auprès des Nations Unies. »

Tags : Sahara Occidental, Maroc, Front Polisario, ONU, MINURSO, Antonio Gueterres,