Sahara Occidental : Média allemand rend hommage à Aminatou Haidar

Pacifique pour l’avenir et la liberté

Surnom «Gandhi du Sahara occidental»: Aminatou Haidar (ici en novembre 2019 à Berlin) a reçu plusieurs prix internationaux pour sa résistance non-violente – par exemple l’année dernière avec le prix Nobel alternatif

Aminatou Haidar a travaillé sans relâche pour l’autodétermination du Sahara occidental pendant des décennies. En raison de cet engagement, l’homme de 53 ans a été emprisonné et torturé à plusieurs reprises. Surtout, elle veut montrer aux jeunes de son pays d’origine qu’ils ne sont pas seuls et que le reste du monde ne les oubliera pas. Avec ce texte, une énorme coopération avec l’Amnesty Journal commence.
Lorsque le Sahara occidental a été annexé par le Maroc en 1975, Aminatou Haidar n’avait que huit ans. Quelques années plus tard, elle a participé à sa première grande manifestation. Elle a été arrêtée par les forces de sécurité marocaines puis détenue dans un lieu secret pendant quatre ans sans inculpation ni procès. Malgré ces années de torture mentale et physique, elle n’a pas renoncé à sa résistance à l’occupation du Sahara occidental.

En 2005, elle a été grièvement blessée lors d’une manifestation pacifique des forces de sécurité, arrêtée à nouveau et condamnée à sept mois de prison après un procès inéquitable. En prison, Haidar a entamé une grève de la faim pour protester contre les conditions de détention.

À ce jour, la mère de deux enfants se bat sans relâche pour une solution politique à ce conflit. Les autorités marocaines continuent de mener des actions répressives contre les Sahraouis qui utilisent des moyens pacifiques pour exiger l’autodétermination, mais l’attention internationale manque.

Présidente de l’organisation des droits de l’homme CODESA

Quelques mois après l’annexion du Sahara occidental par le Maroc, la zone a été divisée: la région côtière est sous contrôle marocain depuis, l’intérieur est aux mains du Front Polisario, une organisation de résistance que Haidar considère comme la seule représentation légitime des Sahraouis. En tant que présidente de l’organisation de défense des droits humains CODESA, elle travaille depuis de nombreuses années avec des ONG telles qu’Amnesty pour sensibiliser le monde aux violations des droits humains au Sahara occidental. Ces dernières années, elle a joué un rôle important dans plusieurs campagnes pour la libération de prisonniers politiques.

Une autre préoccupation majeure des 53 ans est de rapprocher la jeune génération du principe de la protestation pacifique. Elle veut convaincre les jeunes que la résistance pacifique est un outil efficace dans la lutte pour les droits humains.

«Bien que les jeunes d’aujourd’hui soient frustrés et croient rarement en l’efficacité de la résistance pacifique, j’essaie de les convaincre du contraire. Toutes les voix pacifiques contribuent à la sauvegarde des droits de l’homme », a-t-elle déclaré lors d’une visite à Berlin. « Dans la vie, nous devons tous poursuivre l’objectif de protection des droits de l’homme et des valeurs de l’humanité. »

« Gandhi du Sahara occidental »

Sa résistance non violente, qui lui a valu le surnom de «Gandhi du Sahara occidental», a remporté plusieurs prix internationaux. En 2019, elle a reçu, entre autres, le Right Livelihood Award, mieux connu sous le nom de prix Nobel alternatif, pour son « engagement pacifique inébranlable », comme la raison invoquée, et pour son engagement en faveur de l’autodétermination du peuple du Sahara occidental.

Le militant des droits de l’homme utilise des événements publics tels que l’attribution du prix Nobel alternatif pour attirer l’attention sur le conflit. Elle veut montrer aux jeunes de son pays d’origine qu’ils ne sont pas seuls et que le reste du monde ne les oubliera pas. Lorsque Haidar a commencé sa résistance, la zone occupée était presque complètement isolée du monde extérieur. Peu de personnes en dehors du Sahara occidental ont été informées du conflit dans ce pays.

Source : enorm-magazin.de, 11 sept 2020 (traduction non officielle)

Tags : Sahara Occidental, Aminatou Haidar, droits de l’homme, CODESA,