Sahara Occidental : Guterres profite de la pandémie pour suivre l’agenda de ses amis marocains

Lorqu’il était à la tête du HCR, il a prouvé sa disponibilité à rendre service au Maroc en diminuant les aides destinées aux réfugiés sahraouis à travers la réduction du nombre des réfugiés sahraouis de 160.000 à 90.000. Soit presque la moitié. Guterres rend ainsi l’ascenseur au Maroc qui chaque année lui offrait un million de dollars en guise de contribution au budget du HCR.

Dans une lettre envoyée par l’actuel représentant permanent du Maroc auprès de l’ONU, ambassadeur à Genève à l’époque, Omar Hilale l’a qualifié de « ami du Maroc ». D’ailleurs la presse marocaine n’a pas manqué de le rappeler lorsqu’il a été déclaré favori dans la course pour le poste de chef de l’ONU a été porté candidat.

Lorsqu’il est devenu secrétaire général des Nations Unies, Guterres s’est plié à l’exigence marocaine voulant que son nouvel représentant personnel pour le Sahara Occidental ne soit pas américain en procédant à la nomination de l’allemand Horst Koehler. En agissant de la sorte, Guterres se plie aux ordres de la France, premier défenseur des intérêts du Maroc au sein du Conseil de Sécurité.

C’est dans ce cadre que le portugais a désigné le ripoux sénégalais Mankeur Ndiaye Représentant spécial du Secrétaire général pour la République centrafricaine (RCA) et Chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA). Au Sénégal, Ndiaye a été limogé après avoir été démasqué par le hacker Chris Coleman. Il passait toutes les années par l’ambassade du Maroc à Dakar pour recevoir « de la main à la main » la coquette somme de 8 millions de francs CFA en guise de récompense pour ses services à l’Union Africaine en vue de défendre les thèses marocaines.

Aujourd’hui, la situation de pandémie provoquée par le Coronavirus offre à Guterres l’alibi idéal pour maintenir le statu quo au Sahara Occidental en repoussant à une date indéfinie la nomination du successeur de Horst Koehler. Un statu quo désiré par le Maroc en vue de prolonger son pillage des ressources du territoire sahraoui et maintenir la répression de la population sahraouie dans les territoires occupés au vu et su de la mission onusienne qui s’y trouve depuis plus de 29 ans.

Lettre du MAE marocain louant les services d'Antonio Guterres

Tags : ONU, Antonio Guterres, Sahara Occidental, Front Polisario, Maroc, réfugiés sahraouis, HCR,