Maroc : Marrakech « suffoque » sans touristes (Arab news)

Aujourd’hui, le site du patrimoine mondial de l’UNESCO du XIe siècle est presque vide et la ville fait face à une crise sans précédent
Le Maroc a déclaré l’état d’urgence sanitaire à la mi-mars et fermé ses frontières

MARRAKECH: charmeurs de serpents, conteurs et foules de touristes; la légendaire place Jamaa El Fna de Marrakech au Maroc est presque aussi célèbre pour le nombre de visiteurs que ses artistes colorés.

Mais avec des restrictions gouvernementales strictes imposées pour endiguer la propagation du nouveau coronavirus, l’industrie du tourisme dont dépend Marrakech s’est arrêtée.

Aujourd’hui, le site du patrimoine mondial de l’UNESCO du XIe siècle est presque vide et la ville fait face à une crise sans précédent.
«Avant, il fallait attendre son tour pour avoir une table», a déclaré Bachir, un serveur qui travaille sur la place depuis deux décennies, en agitant la terrasse du café vide.

Son voisin Mohamed Bassir s’inquiète pour l’avenir.

«C’est la première fois que je vois la Jamaa El Fna si vide», a déclaré le vendeur de jus d’orange, assis derrière son étal décoré de fruits en plastique.

«Cela me rend triste», a déclaré Bassir, attendant de presser des fruits pour les clients qui ne viennent pas.

Habituellement grouillante de monde, la place est abandonnée et vide de musiciens, de vendeurs de souvenirs et de diseurs de bonne aventure qui exercent habituellement leur métier.

Le Maroc a déclaré l’état d’urgence sanitaire à la mi-mars et a fermé ses frontières pour empêcher la propagation du coronavirus.

La nation nord-africaine de 35 millions d’habitants a enregistré plus de 1500 décès dus au coronavirus et plus de 86600 cas confirmés.


Dans le labyrinthe d’allées menant de la Jamaa El Fna, les rues étroites autrefois remplies de stands vendant de tout, des pantoufles aux épices, sont en grande partie fermées.

Seuls quelques-uns sont ouverts, mais les commerçants ont peu d’espoir.

«La plupart des commerçants ont fermé leurs magasins», a déclaré Mohamed Challah, qui vend des robes de caftan fluides.

«Les autres ouvrent pour tuer le temps car il n’y a rien à faire à la maison», a-t-il dit, ajoutant que son magasin «ne vend plus rien».

Une fois que les restrictions initiales de la pandémie ont été assouplies, les commerçants et les opérateurs touristiques espéraient que le tourisme intérieur pourrait atténuer leurs pertes.

Mais ensuite, l’annonce surprise de nouvelles restrictions, dont la fermeture de Marrakech et de sept autres villes, a brisé les espoirs d’un renouveau.

L’année dernière, la ville a attiré trois des 13 millions de touristes venus dans le pays.

Pour Jalil Habti Idrissi, qui dirige une agence de voyage de 45 ans, il sera «très difficile de rebondir».

«Nous avons connu des crises majeures dans le passé, mais jamais de cette ampleur», a déclaré Idrissi, ajoutant que son entreprise s’était «effondrée».

Sur les réseaux sociaux, il y a des appels pour «sauver» la ville, beaucoup utilisant le hashtag «Marrakech suffoque».

Mais beaucoup s’inquiètent également de la crise du Covid-19 elle-même, publiant des images de patients souffrant du virus.

Ils montrent des patients dormant par terre à l’hôpital de Marrakech.

Les laboratoires d’analyse de la ville ont été débordés.

Marrakech, avec la capitale économique Casablanca, est parmi les villes les plus touchées.

Comme tous les gouvernements, les autorités doivent mettre en balance les mesures de verrouillage et la nécessité de maintenir l’économie en vie.
Les chiffres officiels prédisent que la pandémie pourrait pousser le pays dans sa pire récession depuis 1996, avec une contraction de plus de 5% de son PIB.

En désespoir de cause, certains sont descendus dans la rue pour protester, appelant le gouvernement à l’aide.

«Le coronavirus n’aura pas le temps de nous tuer, la faim s’en occupera avant», lit-on sur une banderole tenue par des manifestants à Marrakech le 11 septembre.

Les opérateurs touristiques s’accrochent à une lueur d’espoir, le gouvernement autorisant les voyageurs n’ayant pas besoin de visa à se rendre au Maroc – sur présentation d’une réservation d’hôtel et d’un test de coronavirus négatif.

Mais ce n’est qu’une «ouverture partielle des frontières», a déclaré Ibtissam Jamili, qui dirige un hôtel cinq étoiles à Marrakech, pleurant ce qu’il appelle des «pertes colossales».

Arab News, 14 sept 2020

Tags : Maroc, Coronavirus, covid 19,