Maroc – Algérie : Outrages répétitifs !

par Abdelkrim Zerzouri


C’est connu depuis des années, le Maroc à travers des relais médiatiques n’a pas cessé de vilipender les autorités algériennes, leurs symboles, sans réussir à trop contaminer les professionnels des médias algériens, et les traîner dans ce marécage de ce qu’on qualifie de ‘guerre des plumes’, dans le même principe des ‘guerre de la drogue’ et ‘guerre diplomatique’, actionnées par le Makhzen et visant l’affaiblissement du puissant voisin de l’Est qui résiste à tous les assauts internes et externes. Pas seulement à cause du soutien indéfectible accordé au peuple sahraoui dans son long combat pour

l’autodétermination, puisque les Marocains ont affiché leur hostilité à l’égard de l’Algérie à peine une année après l’indépendance, en 1963, en engageant la première guerre, ce qu’on appelle ‘la guerre des sables’. En tout cas, c’est toujours peine perdue, en 1963 comme bien après, pour ces lobbys médiatiques, qui grincent des dents de ne pas voir la partie ciblée réagir avec autant de méchanceté à leurs contorsions. Mais n’ayant jamais perdu espoir d’arriver à leurs fins, les relais médiatiques ont multiplié ces dernières semaines avec plus d’acharnement leurs attaques contre l’Algérie, qui dérange de par son retour en force sur la scène internationale. Poussant certains médias

algériens à réagir, pas sur le même ton outrageant, mais en engageant un débat sur les plateaux de télévision qui chercherait plutôt à expliquer ce comportement abject à l’égard d’un voisin qui a, certes, été piqué au plus profond de l’âme en 1963, mais qui est demeuré très pacifique malgré ses positions diamétralement opposées à celles du Makhzen. Le mensuel d’analyse politique ‘Afrique Asie’ est allé, lui, très loin, en décryptant cet acharnement du Maroc contre l’Algérie, usant depuis de longues années, de la stratégie permanente de la tension à l’égard de son voisin de l’Est pour l’amener à réviser sa position de principe sur la question de la décolonisation du Sahara

occidental, a-t-il considéré. Il n’est pas le seul média à s’être penché sur cette question, mais son analyse des évènements laisse entendre qu’il faudra désormais réagir de la manière la plus ferme face au Maroc qui a gravement enfreint les règles de la bienséance et du bon voisinage. Est-ce vrai qu’il est temps de riposter avec force aux injures des relais médiatiques du Makhzen et aux graves accusations de ses diplomates, dont la dernière en date fait état d’un détournement de l’aide européenne accordée aux réfugiés sahraouis à Tindouf ? L’Algérie a toujours gardé son sang-froid face à la provocation des Marocains, même lorsqu’un officiel (consul) a considéré l’Algérie comme pays ennemi alors qu’il était hôte de ce pays (!?), et rien ne semble perturber sa démarche à l’égard du voisin de l’Ouest. On attend même un geste de sa part pour aller vers une détente bénéfique pour les deux pays, notamment la réouverture des frontières, fermées selon le principe de la réciprocité depuis l’instauration des visas pour les Algériens qui se rendent au Maroc. Il y a eu des échanges très chauds par plumes officielles entre les deux pays, parfois des combats intenses éclatent dans des arènes diplomatiques, mais les choses finissent toujours par se tasser d’elles-mêmes.

A contre-courant de ce constat, le magazine ‘Afrique Asie’ a conclu son analyse en soulignant que «l’Algérie, son peuple et ses institutions sauront, à leur manière, et loin de toute naïveté biblique, répondre aux affronts», non sans souligner qu’il ne faut pas miser sur « d’hypothétiques bonnes dispositions de ce voisin problématique qui retrouverait, je ne sais par quelle grâce, le chemin de la raison et de l’engagement constructif ». Une incitation à la riposte algérienne ? Un point de vue qu’il faut étudier, qui est certainement bien tourné et retourné à Alger sous toutes ses formes, mais personne ni aucune partie ne doit orienter la position de l’Algérie, ou lui conseiller comment il faut gérer ces guerres sous différentes formes engagées par le Maroc. Il faut juste retenir dans ce contexte de voisinage que le plus fort est celui qui se retiendrait dans sa colère.

Le Quotidien d’Oran, 28 juil 2020

Tags : Maroc, Algérie, Sahara Occidental, Front Polisario,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *