Marine Le Pen – Algérie – Colonisation

DECLARATIONS GLORIFIANT LE COLONIALISME
Les Algériens ne doivent absolument pas tomber dans le jeu

Les Algériens ne doivent « absolument pas tomber » dans le jeu de Marine Le Pen et de l’extrême-droite française, a averti vendredi l’universitaire et chercheur en histoire, Hassan Remaoun, rappelant le « visage hideux » de la colonisation française en Algérie. « Evidemment, ma première réaction serait le mépris face à de pareils propos. Cependant, il faut savoir que Marine Le Pen tente de remuer les réflexes xénophobes et les sentiments pro-coloniaux de son potentiel électorat, notamment chez ceux, encore nombreux, imprégnés de ‘Nostalgérie’ et d’esprit de revanche face à une indépendance de l’Algérie mal assumée », a déclaré à l’APS M. Remaoun, estimant que les Algériens « ne doivent absolument pas tomber dans son jeu et celui de l’extrême-droite ». Réagissant aux propos de la présidente du parti français d’extrême droite glorifiant le fait colonial en Algérie, le chercheur associé au Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC) d’Oran tient, cependant, à souligner que Marine Le Pen « s’adresse moins aux Algériens qu’à son potentiel électorat ». A ce propos, il a observé que « c’est là l’un des thèmes de propagande favoris de Marine Le Pen dont l’horizon est pointé vers l’élection présidentielle de 2022 ». Une échéance qui, selon lui, devrait « également nous intéresser autant que ceux qui se mobiliseront pour lui faire barrage, en France même, et ailleurs ». « De manière générale, aux différentes élections lors de ces deux dernières décennies, le Rassemblement national arrive à endosser entre 20 et 25% des électeurs effectifs, ce qui indique une véritable capacité de mobilisation. Ceci, même si le nombre d’abstentionnistes peut représenter et même dépasser les 50% des inscrits », a fait remarquer M. Remaoun, s’agissant du poids de ce courant au sein de la classe politique et de l’opinion publique française. Le chercheur ajoute qu’en France, comme presque partout dans le monde, l’extrême-droite « mobilise dans les milieux les plus conservateurs, au sein des vieilles générations, des religieux intégristes, des campagnes marginalisées, etc… mais beaucoup moins chez les jeunes et les plus éduqués ». De même qu’elle est présente dans des « zones d’ombre marquées par la précarité des services sociaux et la désindustrialisation », sachant que celles-ci ont pu être, par le passé, des « bastions de la gauche », a-t-il expliqué. « Les opposants à l’extrême-droite peuvent, néanmoins, disposer d’importantes ressources au sein de la société pour faire barrage au Rassemblement national et continuer à le mettre en échec. En outre, beaucoup d’entre eux sont à l’écoute des anciens colonisés et des peuples du Sud de la planète », a-t-il mentionné, plaidant pour « être nous-mêmes à l’écoute » de ces parties.

Le visage hideux de la colonisation

Abordant le récent rapatriement en Algérie des restes mortuaires de 24 héros de la résistance populaire à la colonisation française, l’enseignant à l’Université d’Oran 2 estime que « ces crânes, qui sortent de l’oubli, ne peuvent que rappeler le visage hideux de la colonisation. Ce qui déstabilise profondément l’extrême-droite française, en même temps que la présence importante en France d’une immigration issue d’anciennes colonies ». L’intervenant plaide, à ce propos, pour « rappeler toujours, de façon pédagogique et intelligente, à notre jeunesse les crimes commis contre les Algériens, en particulier, et contre l’humanité, de façon plus générale ». Une démarche devant être menée « tout en incitant les jeunes à regarder vers l’avenir », préconise-t-il. « La discipline de l’histoire devra plus que jamais contribuer à lier le devoir de mémoire à la nécessité de prospective envers ceux qui, à travers les générations, ont fait l’Algérie. Et en cela, ce sont les plus jeunes qui porteront le flambeau pour éclairer les voies de la progression vers l’avenir », commente M. Remaoun, avant de conclure en ces termes : « Il faudrait que l’adage +les chiens aboient, la caravane passe+ ne soit pas un vain mot ».

Jeunesse d’Algérie

http://www.jeunessedalgerie.com/article.php?id=62656

Taisez-vous Marine Le Pen !

par El-Houari Dilmi

Non, les nostalgiques de l’Algérie française ne risquent pas de changer de fusil d’épaule, du jour au lendemain, « biologiquement parlant » ! C’est que les efforts, de part et d’autre, de travailler à déclassifier le dossier de la Mémoire entre Alger et l’ancien pays colonisateur sont, systématiquement, torpillés par les dignes héritiers du Régime de Vichy, superbement représentés par Marine Le Pen, qui nous invite à « regarder en face les résultats de 60 ans d’indépendance », après la demande formulée par le Président Tebboune à l’État français de présenter des excuses officielles pour les crimes commis, durant la colonisation. « Avec le Président Macron, nous pouvons aller loin dans l’apaisement et le règlement du problème de la Mémoire. C’est un président très honnête, sincère et très propre du point de vue historique. Il veut apaiser la situation et permettre à nos relations de retrouver leur niveau naturel », a déclaré le président algérien, dans un entretien accordé à un média français. « De bonnes intentions », dans le dossier de la Mémoire, du locataire de l’Elysée, confirmées dans une conférence de presse par le chef de la diplomatie algérienne, Sabri Boukadoum. Piètre théoricienne de l’idéologie néocolonialiste et héritière des criminels de l’armée coloniale française et de l’Organisation armée secrète (OAS), la présidente du Rassemblement national (RN), après avoir marché sur le cadavre de son propre père, fait dans une pure tradition de la doxa vichyste, dans la politique de l’esbroufe, en anticipant sur la demande de criminaliser le colonialisme, voulue par de larges franges d’Algériens et de réclamer des excuses et un dédommagement moral pour les séquelles subies durant 132 ans d’occupation française.

Même mort et enterré, sept lieues sous terre, le personnage le plus sinistre du PPF (comprendre le paysage politique français) a encore trouvé le moyen de tirer sa langue pour débiter son fiel intarissable sur l’Arabe, le Noir, l’« Autre» et même sur les crânes des résistants qui ont lutté contre l’invasion française. La France va mal à cause du « multiculturalisme des élites qui empoisonne le vieux Continent, de l’Islam, de l’immigration, du marxisme et même du féminisme qui prend sa place à l’homme », selon l’idéologie néo-fasciste du FN. En droite ligne du négationniste ouvertement pro-nazi, assumé par son sinistre père, la chef de file de l’extrême droite constitue l’archétype parfait de la dangereuse « dérive droitière » partout en Europe et pas seulement au pays de Pierre Poujade. Marine Le Pen qui prétend « sérieusement » à présider au destin de l’ex-Gaule, son problème numéro un semble, bel et bien, être l’Algérie et non pas les problèmes de son propre pays, ni ses adversaires politiques, y compris ceux issus de sa mouvance «poujadiste».

Le Quotidien d’Oran, 12 jui 2020

Tags : Algérie, France, Marine Le Pen, colonisation, extrême droite, mémoire,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *