L’Inde, l’Irlande, le Kenya, le Mexique et la Norvège rejoindront le Conseil de sécurité des Nations Unies pour la période 2021-2022

Une salle de l’Assemblée générale presque vide, des masques de tous types et de toutes couleurs et des diplomates se réjouissant de voir leurs collègues qu’ils n’ont probablement vus que sur leur écran d’ordinateur pendant des mois ont marqué les élections de l’Assemblée générale aux Nations Unies cette année.

Le 17 juin, la Norvège et l’Irlande ont remporté les deux sièges ouverts au Conseil de sécurité pour le mandat 2021-2022, dans une course très compétitive entre le Groupe des États d’Europe occidentale et autres (Weog), laissant le Canada à la troisième place. L’Inde et le Mexique ont remporté les sièges pour leurs régions respectives, Asie-Pacifique et Amérique latine-Caraïbes, sans opposition.

Le Kenya a remporté le deuxième tour de scrutin pour le siège africain, avec 129 voix et Djibouti avec 62. Le vainqueur avait besoin de 128 voix, soit la majorité des deux tiers, pour réussir.

Les membres de l’ONU ont également élu un diplomate turc, Volkan Bozkir, président de la 75e session de l’Assemblée générale. Bozkir, qui s’est présenté sans opposition, a obtenu 178 voix et 11 abstentions. Récemment, l’Arménie, Chypre et la Grèce ont tenté de bloquer sa candidature, dans une démarche apparemment sans précédent. Le président remplit un mandat d’un an, commençant à la mi-septembre, et le bureau tourne entre les cinq groupes régionaux des États membres de l’ONU; dans ce cas, de Weog. Bozkir est un ancien ministre des Affaires européennes.

Initialement, Tijjani Muhammad-Bande, l’actuel président de l’Assemblée générale, a suggéré que l’élection pourrait se tenir par procédure silencieuse, mais l’Arménie, Chypre et la Grèce ont demandé de tenir un vote secret à la place.

Dans une lettre qu’ils ont envoyée à Muhammad-Bande, ils ont fait valoir que les pays à la tête de l’Assemblée générale devraient être exemplaires dans leur respect des normes et valeurs de l’ONU. « La Turquie menace la paix et la sécurité dans toute sa région en violant constamment la Charte des Nations Unies et le droit international », ont-ils écrit.

« C’est pour ces raisons que nos délégations s’opposent à l’élection de M. Bozkir par procédure silencieuse et ont demandé que l’élection du Président de l’Assemblée générale se fasse au scrutin secret », ont-ils ajouté. Bozkir avait besoin d’une majorité simple, soit 90 voix, pour gagner.

La méthode des élections générales de mercredi était également sans précédent à l’ONU: chaque pays disposait d’un créneau horaire précis pour voter à partir de 9 heures du matin. à 13 h 30 dans la salle de l’Assemblée générale. Pendant que les diplomates attendaient leur tour devant l’entrée VIP de l’ONU pour entrer, ils pratiquaient une forme détendue de distanciation sociale. Le processus de vote s’est bien déroulé et les résultats ont été annoncés par Muhammad-Bande à 16 heures, retransmis en direct. Au cours de la journée, les diplomates ont repris leurs comptes sur les réseaux sociaux pour montrer leurs différents types d’équipement de protection individuelle – masques et gants – qui sont nécessaires à l’intérieur du siège de l’ONU et dans toute la ville de New York dans la phase de verrouillage actuelle pendant la pandémie.

La course la plus surveillée a été celle du camp de Weog, en lice pour ses deux sièges ouverts au Conseil de sécurité. La Norvège et l’Irlande ainsi que les autres nouveaux membres devront aider le Conseil de sécurité à faire face à une liste croissante de problèmes actuels et post-pandémiques.

Comme Mona Juul, ambassadrice de Norvège, l’a déclaré après les élections, bien que le Conseil soit paralysé, son pays est «habitué à travailler de toutes parts», y compris avec les cinq membres permanents (Grande-Bretagne, Chine, France, Russie et États-Unis) . La Norvège, par exemple, peut essayer de « réduire les tensions » entre ces membres, a-t-elle déclaré.

Le Canada perd encore

La Norvège, forte candidate depuis le début de sa campagne de plusieurs années, a remporté 130 voix, soit près des 128 requis. Ce sera le cinquième mandat de la Norvège au Conseil.

L’Irlande, un autre petit pays, a remporté 128 voix et a vraisemblablement reçu le plein soutien de l’Union européenne. Dans sa campagne, l’Irlande a déclaré avoir dépensé la moitié du montant – environ 800000 $ en novembre 2019 – que le Canada avait déclaré avoir investi dans sa course. La Norvège a fait campagne sur un ticket pour la transparence, affirmant qu’elle avait dépensé 2,8 millions de dollars en mars 2020. Pour un slogan, la Norvège se qualifiait de «partenaire cohérent».

L’Irlande a tenté de se démarquer en tant que pays qui se trouve peut-être au milieu de la mer du Nord, mais qui est en grande partie membre de l’Union européenne, et a promu sa touche spéciale à la diplomatie en tant que nation «neutre» mais anciennement colonisée.

Le Taoiseach irlandais, ou chef du gouvernement, Leo Varadkar, a déclaré lors d’une conférence de presse mercredi soir, « Notre tour vers le CSNU est une reconnaissance de notre travail sur la scène mondiale depuis de nombreuses décennies. »
Master of Science en études humanitaires à l’Université Fordham

Geraldine Byrne Nason, ambassadrice de l’Irlande auprès des Nations Unies, a également déclaré: «Au cours des quinze dernières années, l’Irlande a travaillé sans relâche pour convaincre nos collègues États membres que l’Irlande pouvait se voir confier la responsabilité de les représenter au Conseil de sécurité en 2021-2022. . Aujourd’hui, ils ont décidé que les principes et les valeurs sur lesquels nous avons fondé notre campagne sont ceux qui sont partagés par l’Assemblée générale. Nous prenons cette responsabilité incroyablement au sérieux. »

Selon une diplomate, Mary Robinson, ancienne présidente de l’Irlande et ancienne haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, a participé à la campagne irlandaise au cours des dernières semaines. Le Taoiseach a reconnu son travail tout au long de l’effort.

La victoire de la Norvège et de l’Irlande signifie également que deux femmes ambassadrices rejoindront le Conseil de sécurité en janvier. Désormais, il n’y a que deux femmes parmi les 15 membres du Conseil: Kelly Craft des États-Unis et Inga Rhonda King de Saint-Vincent-et-les Grenadines. Il est impossible de dire si Craft sera ambassadeur l’année prochaine, étant donné que l’élection présidentielle américaine a lieu en novembre.

Malgré la promesse du premier ministre Justin Trudeau en 2015 de ramener le Canada sur la scène internationale, le Canada a perdu sa candidature au Conseil de sécurité pour la deuxième fois en 10 ans, attirant 108 voix le 17 juin. La dernière fois qu’il a perdu la course, c’était en compétition contre l’Allemagne et le Portugal pour deux sièges. La défaite de cette année a été humiliante pour la diplomatie canadienne.

« Le résultat n’est peut-être pas celui que nous espérions, mais nous sommes fiers de la campagne que nous avons menée au cours des quatre dernières années », a déclaré le ministre des Affaires étrangères du Canada, François-Philippe Champagne, lors d’une conférence de presse après le vote du 17 juin.

Selon un diplomate qui était également à l’ONU en 2010, le Canada a ensuite perdu principalement en raison de sa proximité avec Israël, ce qui a aliéné d’autres pays du Moyen-Orient. Les experts parlent également du manque d’engagement du Canada en Afrique. Champagne, qui était à New York pour voter au Canada à l’Assemblée générale, a refusé de commenter la région ou les pays qui auraient pu tourner le dos au Canada.

L’Union européenne a perdu un membre au début de cette année au Conseil – la Grande-Bretagne – après la fin du Brexit; L’Irlande remplacera l’Allemagne et la Belgique, qui ont toutes deux mis fin à leur mandat en décembre. Cela laisse la France et l’Estonie, soit un total de quatre membres de l’Union européenne. La Norvège n’est pas membre.
Master of Science en études humanitaires à l’Université Fordham

« Le résultat positif pour l’Irlande est un résultat positif pour l’Europe », a déclaré à PassBlue Olof Skoog, l’ambassadeur de l’Union européenne auprès de l’ONU. « Il est dans notre intérêt collectif d’avoir autant d’États membres de l’UE que possible au Conseil de sécurité, et nous souhaitons plein succès à l’Irlande. »

Secouer le statu quo en Afrique

Une course étroitement surveillée a bouleversé le groupe africain, dans lequel Djibouti a décidé de secouer le bloc en défiant le Kenya en tant que candidat approuvé par l’Union africaine.

Selon un diplomate africain, Djibouti a reçu l’aval de l’organisation internationale de la Francophonie. Normalement, l’Union africaine se met d’accord sur un candidat et l’élection reste incontestée, mais Djibouti a décidé de changer les règles du jeu cette année. La méthode pour déclarer le vainqueur de l’Afrique, à travers un second tour de scrutin le 18 juin, se répète la veille. Mais le nombre de voix pour réussir dépendra du nombre de bulletins déposés.

L’Inde a siégé pour la dernière fois au Conseil de sécurité en 2012 et exécutera son huitième mandat en 2021-2022, en remplacement de l’Indonésie. Avec l’état de la géopolitique, le régime foncier de l’Inde – et ses alliés – sera suivi de près.

Comme Richard Gowan, un expert des Nations Unies à l’International Crisis Group, a déclaré: «Avec la détérioration des relations sino-indiennes, l’Inde pourrait bien se rapprocher des Américains cette fois-ci. Je ne pense pas que cela signifie que l’Inde suivra simplement l’exemple américain à l’ONU sur toutes les questions. Les Indiens prennent toujours au sérieux leurs relations avec les autres États du Mouvement des pays non alignés (NAM) sur des questions comme le maintien de la paix. Mais si la Chine et les États-Unis ont de nouveaux combats à l’ONU à l’avenir, l’Inde pourrait être un électeur très important. »

Le Conseil économique et social, un autre organe principal de l’ONU, a également élu de nouveaux membres pour un mandat de trois ans à compter de janvier 2021: Argentine, Autriche, Bolivie, Grande-Bretagne, Bulgarie, France, Allemagne, Guatemala, Indonésie, Japon, Libéria , Libye, Madagascar, Mexique, Nigéria, Portugal, Îles Salomon et Zimbabwe.

Pass Blue

Tags : ONU, Assemblée Générale, Conseil de Sécurité,

One Reply to “L’Inde, l’Irlande, le Kenya, le Mexique et la Norvège rejoindront le Conseil de sécurité des Nations Unies pour la période 2021-2022”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.