Le Maroc célèbre le 11 septembre à sa manière

A l’occasion du 19ème anniversaire des attentas du 11 septembre à New York, les autorités marocaines ont annoncé le « démantèlement d’une cellule terroriste » dont les membres seraient des sympathisants de Daech. Selon d’anciens prisonniers libérés, les autorités marocaines ont annoncé depuis 2002, le démantèlement de 200 cellules supposées être terroristes dont les membres ont fait des aveux sous la torture.

Dans le but de donner à ce communiqué la médiatisation souhaitée par le palais royal, le directeur du BCIJ, la centrale de sécurité marocaine, Abdellatif El Hammouchi, a organisé une conférence de presse dans laquelle il a répondu aux questions d’une presse marocaine connue pour ses affinités avec le pouvoir en place.

Il semble qu’avec ce geste, Rabat a voulu ainsi envoyer un message à Washington pour lui rappeler que le Maroc est un « allié dans la lutte antiterroriste », que les marocains sont des citoyens dangeureux et que seul le pouvoir actuel est capable de les contrôler. Selon une large frange de l’opinion publique marocaine, ce raisonnement se trouve derrière les nombreux attentats terroristes commis en Europe dont la totalité de leur auteurs sont marocains.

Des centaines de citoyens marocains croupissent dans les prisons du pays sous des accusations cousues de fil blanc dans le but d’instrumentaliser la menace terroriste et en soutirer des profits politiques et financiers.

Depuis près de deux décennies, les autorités marocaines mènent une intense campagne de lobbying aux Etats-Unis dans le but d’amener le gouvernement américain à s’impliquer dans une solution favorable au Maroc dans la question du Sahara Occidental. Washington soutient une solution basée sur une autonomie sous souveraineté marocaine mais refuse de l’imposer au détriment de la volonté des habitants du territoire.

Tags : Maroc, Sahara Occidental, Etats-Unis, Front Polisario, terrorisme, Daech,