Algérie : «Le projet de Constitution reflète une réelle volonté politique de changement» (Djerad)

DJERAD SUR LA RÉVISION DE LA CONSTITUTION «Le projet reflète une réelle volonté politique de changement»

LE PREMIER MINISTRE, Abdelaziz Djerad, a estimé, hier, à Annaba, que le projet de révision de la Constitution, qui sera soumis au référendum populaire le 1er novembre prochain, «reflète une réelle volonté politique de changement».

« L ’initiative de la révision de la Constitution vise à clarifier la relation entre le gouvernant et les gouvernés et à établir les mécanismes pour préserver l’intégrité des élections, la crédibilité du pouvoir et lutter contre la corruption», a précisé le Premier ministre lors de son passage sur les ondes de la Radio nationale depuis Annaba. Il a estimé que la révision de la Constitution est à même de «libérer les énergies», relevant la nécessité d’adopter et de comprendre le contenu des réformes. Djarad a appelé les citoyens à «se mobiliser pour soutenir le processus afin de sortir de cette étape et d’entamer la phase de la mise en œuvre effective de la Constitution».

Le Premier ministre a souligné que la révision de la loi fondamentale du pays «ne constitue pas une fin en soi, mais un début imprégné d’une volonté sincère de construire une Algérie moderne et démocratique». Il a ajouté que la jeunesse est «le fondement de la société» et que «le moment est venu pour permettre à l’énergie que représente la jeunesse d’assumer un rôle positif pour servir le pays». Djerad a, à ce propos, déclaré : «Je n’exagère pas si je dis que l’Algérie réussira avec ses jeunes, formés et conscients de ce qui se passe à l’intérieur et à l’extérieur du pays et il demeure nécessaire d’utiliser cette énergie jeune pour servir le pays et construire l’avenir.»

Le Premier ministre a également rappelé que l’Algérie dispose de plusieurs haltes historiques et mémorielles importants, à l’instar du 1er novembre 1954, qui «a libéré le pays et les Algériens» et du 22 février 2019, «le jour où le peuple a fait montre de sa position contre l’autoritarisme par un soulèvement qui a ébloui le monde».

Plus tôt dans la matinée, le Premier ministre, qui était accompagné du ministre de l’Education nationale, Mohamed Ouadjaout, et celui de l’Industrie, Ferhat Aït-Ali Braham, avait, à partir du centre d’examen Chaïb-Larbi du chef-lieu d’Annaba, donné le coup d’envoi des examens du baccalauréat, session 2020, auxquels prennent part 637.000 candidats à l’échelle nationale.

Sud-Horizons, 14 sept 2020

Tags : Algérie, Constitution, référendum,