Alger–Paris: un rapprochement qui s’accélère


La relation entre l’Algérie et la France semble désormais plutôt détendue qu’il y a un an et demi et l’appel téléphonique qu’a reçu, jeudi dernier, le président de la République Abdelmadjid Tebboune de la part de son homologue Emmanuel Macron ne peut que confirmer cette tendance.

« Le président Tebboune s’est entretenu au téléphone avec Emmanuel Macron de nombre de questions d’intérêt commun, notamment la situation en Libye et au Sahel », avait indiqué un communiqué de la Présidence.

Il s’agit en effet de la troisième conversation téléphonique entre les deux chefs de l’Etat en moins de six semaines. Ce qui renseigne d’un rapprochement entre les deux pays, dont le premier appel a eu lieu le 2 juin dernier, soit quelques jours avant le retour de l’ambassadeur d’Algérie en France à son poste après avoir été rappelé par le ministère des Affaires étrangères en guise de contestation contre un documentaire hostile à l’Algérie diffusé sur France 24.

« Les deux présidents ont passé en revue un certain nombre de questions inscrites à l’agenda bilatéral, notamment celles liées à la mémoire et au centre desquelles s’est retrouvée celle de la restitution, le 3 juillet dernier, des vingt-quatre restes de combattants de la résistance algérienne comme ceux qui demeurent encore à rapatrier et du besoin de travailler à la réconciliation des mémoires des peuples des deux pays », a précisé le communiqué.

Selon la même source, « les deux présidents sont convenus de maintenir la coordination et la concertation entre les deux pays, en tant qu’acteurs incontournables dans la région, et de lancer un certain nombre d’initiatives visant à promouvoir des solutions politiques aux crises qui y prévalent », en faisant allusion à la crise libyenne qui préoccupe davantage les deux pays.

Cet entretien téléphonique intervient une semaine après le rapatriement des crânes de 24 résistants algériens entreposés au musée de l’Homme à Paris.

D’après le communiqué de la Présidence, il semble que les deux pays s’engagent à résoudre la question ayant trait au passé colonial qui constitue, faut-il le souligner, une source de tension des deux côtés, tout comme la situation qui prévaut en Libye et au Sahel.

Lors de son interview accordée à France 24, le président Tebboune a considéré la restitution des restes mortuaires de résistants algériens comme une « demi-excuse » des autorités françaises, tout en insistant qu’il y ait d’autres gestes de la part de l’ancien colonisateur envers l’Algérie.

Le chef de l’Etat n’a pas manqué à l’occasion de qualifier son homologue français Emmanuel Macron d’ « honnête » et « propre ».

En effet, les autorités françaises sont dans l’embarras après l’échec de leur option en Libye en préférant plutôt appuyer le maréchal Khalifa Haftar qui a essuyé une défaite cuisante aux portes de Tripoli face aux forces du Gouvernement d’union nationale (GNA) libyen reconnu par la communauté internationale.

C’est pourquoi les dirigeants français tentent tant bien que mal de rectifier le tir et de se repositionner de crainte de perdre leurs intérêts en Libye.

Echourouk Online, 12 jui 2020

Tags : Algérie, France, colonisation, mémoire,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *