Algérie.- Une question de principe

par Abdelkrim Zerzouri


Le DG des douanes a-t-il évité de commettre la gaffe du président sortant de la FAF en se retirant, le 4 avril dernier, avec la délégation algérienne qu’il conduisait, lors des travaux d’une session regroupant en visioconférence les directeurs généraux des douanes pour la région de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient (MENA) ?

Certainement qu’il a su faire entendre la voix et l’avis de l’Algérie par le biais d’une requête officielle dans laquelle il a exprimé «le refus catégorique de la délégation algérienne du contenu des documents introduits par le Bureau régional de liaison chargé des renseignements pour l’Afrique du Nord dont le siège se trouve au Maroc, dans le cadre des travaux de la réunion. Parmi ces documents figurent des cartes illégales montrant l’annexion du territoire de la RASD au Maroc, ce qui est contraire à la légalité internationale et aux résolutions et recommandations pertinentes de l’ONU.

Le DG des douanes algériennes a demandé au président de la session le retrait immédiat de ces cartes et de tout document ou déclaration, numérique ou sur papier, faisant état de l’annexion du territoire de la RASD au Maroc, faute de quoi la délégation algérienne se retirera de la session. Le DG des douanes a discerné la déviation marocaine, qui voulait faire admettre de facto «la marocanité du Sahara occidental» à tous les participants à cette session.

La bataille diplomatique entre l’Algérie et le Maroc sur dossier sont sans répit, et dans les réunions où se retrouvent les deux pays, on assiste toujours à l’éclatement des étincelles entre les délégations.

Le Maroc a quitté, en 1984, l’Organisation de l’Union Africaine (OUA), ancêtre de l’Union africaine (UA) en signe de protestation contre l’admission dans ses rangs de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), mais il a réintégré l’Organisation trente-trois ans après, après avoir constaté que la politique de la chaise vide n’arrange pas ses affaires. Depuis, il ne rate jamais l’occasion de manifester sa présence aux côtés de la République arabe sahraouie démocratique et de tous les pays qui la soutiennent.

Aucun autre pays n’a trouvé à redire à propos de ces cartes illégales qui annexent le Sahara occidental au Maroc, ou encore lorsque l’assemblée de la CAF a voté les propositions d’amendements des statuts, imposant à travers l’un de ses articles la mise en place de conditions d’admissibilité à tout nouveau postulant à la qualité de membre de la CAF, fermant de ce pas la porte à la RASD et à sa jeunesse.

Le Quotidien d’Oran, 8 avr 2021

Etiquettes : Algérie, Maroc, Sahara Occidental, douanes, directeurs généraux des douanes pour la région de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
17 × 12 =