L’Égypte critique le projet d’intégration des milices dans l’armée libyenne

L’Égypte a fait part de ses inquiétudes au sujet d’un plan libyen visant à intégrer les milices dans son établissement militaire après l’unification, arguant que cela pourrait compromettre la sécurité et la stabilité dans les deux pays.

L’Égypte a renouvelé son soutien à l’Armée nationale libyenne . Le commandant de l’ ANL, Khalifa Hifter, s’est rendu au Caire le 16 mars et a rencontré des responsables égyptiens pour informer le Caire des derniers développements dans les pourparlers de la Commission militaire mixte libyenne pour unifier l’establishment militaire libyen et expulser les mercenaires.

Hifter a également partagé des plans pour intégrer des groupes armés et des milices dans l’institution militaire libyenne après son unification, qui a commencé le 24 mars avec le démantèlement des milices et la sélection de leurs personnalités pour rejoindre l’establishment militaire.

Lors de la réunion du Conseil de sécurité, l’envoyé de l’ONU en Libye, Jan Kubis, a déclaré que le nouveau gouvernement d’unité libyen est déterminé à voir la Commission militaire mixte unifier les institutions militaires et de sécurité libyennes, désarmer et démobiliser les différents groupes armés et milices, les réintégrer dans l’armée. mettre en place et réformer l’institution de sécurité, ce qui est d’une importance capitale pour la stabilité de la Libye et celle de la région du Sahel.

La Commission militaire mixte , qui comprend 10 représentants de la direction militaire de l’ANL et du gouvernement d’accord national (GNA) basé à Tripoli, est issue de la conférence de Berlin sur la crise libyenne en janvier 2020.

Le plan d’intégration des membres dans l’institution militaire libyenne après le démantèlement et le désarmement des milices impliquées dans le conflit a soulevé des inquiétudes en Égypte et dans l’ANL.

Le membre du parlement libyen Ali al-Saeedi a déclaré lors d’une session du 26 mars: «L’Égypte et l’ANL craignent l’intégration des membres des milices extrémistes ou de ceux qui restent fidèles à la Turquie ou au Qatar.»

Saeedi a ajouté: «Les membres de la Commission militaire mixte sont conscients de ces préoccupations. La commission est composée d’experts militaires qui comprennent à quel point ces membres terroristes et non nationaux sont difficiles à intégrer dans l’armée libyenne après son unification – car cela est important pour préserver le sentiment de nationalisme de l’institution militaire libyenne.

Il a poursuivi: «L’ANL n’acceptera d’incorporer aucun membre de la milice ayant des antécédents de crimes terroristes ou connu pour être loyal à un pays autre que la Libye. Les Frères musulmans ont répandu des rumeurs selon lesquelles l’Égypte a renoncé au maréchal Khalifa Hifter, ce qui n’est pas vrai. En fait, le commandant Hifter a été en contact permanent avec l’Égypte concernant la sécurité arabe et nationale, que ce soit en Libye ou en Égypte.

Saeedi a souligné: «L’Égypte est déterminée à préserver la stabilité de la Libye et à consolider ses institutions sécuritaires et militaires, comme l’a confirmé le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi lors de sa rencontre avec Mohamed Younes al-Menfi, le président du Conseil présidentiel libyen.

Lors d’une réunion du 25 mars avec Menfi au Caire, Sissi a déclaré que son pays «était prêt à apporter son expertise au gouvernement libyen dans divers domaines afin de restaurer les institutions nationales de l’Etat libyen, en particulier les établissements militaires et de sécurité, qui sont nécessaire pour assurer la sécurité et la stabilité dans le pays. »

En septembre 2020, des délégations représentant l’ANL et le GNA se sont réunies dans le gouvernorat égyptien d’Hurghada pour discuter du maintien du cessez-le-feu destiné à mettre fin aux hostilités entre les deux parties à Tripoli ainsi que des projets d’unification des institutions militaires et de démantèlement des milices.

Ahmad al-Awadi, membre de la commission parlementaire égyptienne sur la défense et la sécurité nationale, a déclaré à Al-Monitor: «Le Caire rejette catégoriquement [la présence] de milices et de mercenaires en Libye pour préserver sa propre sécurité nationale et celle de la Libye.»

Il a poursuivi: «L’Égypte soutient l’ANL parce que c’est une institution nationale, c’est pourquoi y intégrer des milices nuirait à l’identité nationale de l’armée.» Il a expliqué: «Le Caire est conscient de la difficulté d’intégrer les miliciens… parce que ces milices ne savent que semer le chaos et mener des guerres de rue.»

Awadi a déclaré: «La partie égyptienne et l’ANL discutent actuellement des conditions spécifiques pour que les membres de la milice soient intégrés dans l’institution militaire libyenne après son unification. L’une de ces conditions est que ces membres doivent être fidèles à la Libye et non à la Turquie ou à tout autre pays. »

Il a souligné: «Les milices en Libye sont une arme utilisée par les Frères musulmans et la Turquie, c’est pourquoi le Caire n’acceptera l’intégration d’aucun membre de ces groupes dans une institution nationale libyenne telle que l’armée».

Brick. Khaled al-Mahjoub, le chef du Département d’orientation morale de l’ANL, a déclaré à Al-Monitor: «Il est tout à fait naturel que le Caire offre son soutien à l’ANL et à son commandant, Hifter.»

«Le contrôle de la Libye par les Frères musulmans [via la Turquie] constitue une menace à la fois pour la sécurité nationale de l’Égypte et de la Libye. C’est pourquoi l’Égypte soutient l’ANL, qui est l’ennemi numéro un des Frères musulmans en Libye », a-t-il ajouté.

Il a déclaré: «La communauté internationale est d’accord sur la nécessité de démanteler les milices et d’éloigner les mercenaires des territoires libyens… par le biais de la Commission militaire mixte.

Commentant le plan d’intégration, Mahjoub a déclaré: «Selon les termes de l’accord de la Commission militaire mixte, les milices armées doivent être démantelées, car ce sont des groupes qui incluent des bandes criminelles qui ne peuvent pas être intégrées. Il existe également des groupes terroristes qui défendent certaines idéologies et croyances fondamentalistes et extrémistes et sont connus pour leur loyauté envers d’autres pays. Il est impossible de les intégrer dans l’establishment militaire.

Mahjoub a expliqué: «Il existe des conditions dans lesquelles les jeunes de ces groupes peuvent être intégrés. Les membres de ces groupes ne doivent pas avoir de casier judiciaire, y compris les crimes terroristes ou quoi que ce soit de ce genre. Ceux qui font preuve d’un sentiment de patriotisme et [et dont] la loyauté réside avant tout en Libye seront considérés pour l’intégration. »

Al-Monitor, 6 avr 2021

Etiquettes : Libye, milices, armée, Khalifa Haftar,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
32 ⁄ 16 =