2020, l’année la plus meurtrière sur la route des Canaries

De janvier à décembre, un quart de tous les décès enregistrés sur cette route au cours des deux dernières décennies ont péri dans l’Atlantique.

Le voyage en canot ou en cayuco vers les îles Canaries est le moyen le plus dangereux de rejoindre l’Europe. Pour 26 personnes qui ont réussi à débarquer dans l’archipel en 2020, une est morte ou a disparu lors de la tentative. Les données, calculées par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), montrent que les risques de décès sont plus élevés lors de cette traversée que lors de la traversée de la Méditerranée reliant la Libye et l’Italie, traditionnellement la plus meurtrière. Le rapport de l’organisation, qui a été publié vendredi, révèle également que l’année dernière seulement a péri dans l’Atlantique, soit un quart de tous les décès enregistrés sur cette route depuis que le premier naufrage a été enregistré en 1999.


Dans ce bateau, le premier naufrage, plus de 12 personnes voyageaient. Avant de couler, il naviguait à seulement 300 mètres de la côte de Fuerteventura. Le skipper du bateau a voulu éviter une portion de côte très fréquentée et a fait une embardée. C’est alors que le bateau a heurté un rocher et qu’un homme est tombé dans l’eau. Les autres occupants, tous marocains, se sont penchés par-dessus bord pour tenter de le sauver et la fragile embarcation a chaviré. Neuf personnes sont mortes. Cette tragédie n’a été que le début de deux décennies de décès, selon le rapport de l’OIM sur la migration maritime vers l’Europe. Cette tragédie n’est pas sans rappeler celle qui s’est produite en novembre 2020, lorsqu’un bateau transportant 36 personnes s’est écrasé contre les rochers du brise-lames du port d’Órzola, au nord de Lanzarote. Le bateau a chaviré à quelques mètres de la jetée et huit migrants sont morts. L’année 2021 a également connu un début tragique. Rien que la semaine dernière, trois personnes ont perdu la vie dans trois bateaux qui sont arrivés aux îles Canaries. Parmi eux, le petit Nabody, 24 mois, qui est arrivé au quai d’Arguineguín avec une hypothermie sévère et un arrêt cardio-respiratoire ; un homme qui voyageait dans un autre bateau avec sa femme enceinte ; et un homme dont le corps avait été jeté à la mer alors que le bateau naviguait encore. Le registre des données sur les migrants disparus de l’OIM fait état de 30 décès en Afrique de l’Ouest en mars de cette année.

L’augmentation des arrivées l’année dernière a entraîné une augmentation du nombre de décès de migrants dans leur tentative d’atteindre les îles Canaries : on en a compté 849 pour la seule année 2020, selon l’OIM. Entre la mi-septembre et le mois de novembre, on dénombre au moins 472 décès, selon le rapport, qui souligne la difficulté de récupérer les corps des personnes qui perdent la vie dans l’océan : seuls 185 ont pu être secourus, dont 69 femmes et six enfants. Quelque 660 personnes ont été perdues en mer. Un an plus tôt, on dénombrait 210 décès et entre 2014 et 2018, moins de 50 chaque année.

L’année 2020 restera dans l’histoire comme l’année la plus meurtrière pour les migrants qui tentent cette route migratoire, et la deuxième avec le plus d’arrivées dans l’archipel après la crise dite de Cayuco en 2006. Depuis 2009, le nombre d’arrivées est resté relativement faible, notamment grâce aux accords conclus par l’Espagne avec les pays d’origine des migrants. Cependant, l’apparition de la pandémie, le renforcement des contrôles et la fermeture du poste frontière entre le Maroc et l’Espagne à Ceuta et Melilla ont augmenté les tentatives de passage, selon l’analyse de l’organisation. La côte ouest-africaine est devenue une soupape d’échappement qui, au mois de septembre, a enregistré plus de 2 000 arrivées dans l’archipel, pour dépasser les 8 000 en novembre.

La route vers les îles Canaries est une longue et dangereuse traversée en pleine mer. La plupart des bateaux partent de Dakhla (Sahara occidental), à environ 450 kilomètres ; de Nouadhibou (Mauritanie), à 775 kilomètres ; ou de plus de 1 000, de Saint Louis et Mbour (Sénégal). Le rapport de l’OIM précise que les personnes qui se lancent dans cette odyssée de plusieurs jours, voire de plusieurs semaines dans les bateaux, avec peu de nourriture et d’eau, sont pour la plupart des pêcheurs et des agriculteurs qui fuient la pauvreté causée par les effets de la pandémie dans leur pays d’origine.

L’OIM dénonce que les décès sur cette route de l’Atlantique sont bien plus nombreux que les 3 163 qui ont été documentés depuis le premier naufrage en 1999. Le rapport donne comme exemple l’estimation faite par l’ONG Pro Human Rights Association of Andalusia, qui reflète qu’un bateau sur trois a disparu sur la route en 2006, lorsque plus de 30 000 migrants sont arrivés aux îles Canaries. Cette année-là, quelque 206 personnes sont mortes, selon le SER en 2014. En 2020, au moins cinq épaves ont été oubliées dans les données officielles. Étant donné que les opérations de sauvetage sont rarement effectuées dans la région, une grande partie des naufrages de petits bateaux ne figure pas dans le registre. Beaucoup d’entre eux ne sont connus que quelque temps plus tard grâce au contact que les ONG ont avec les personnes qui sont toujours à la recherche d’un parent qui a tenté de traverser la porte mortelle de l’Atlantique en Europe.

El Pais, 26 mars 2021

Tags : Espagne, Maroc, Iles Canaries, Migration, subsahariens, Organisation internationale pour les migrations, OIM,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
7 + 29 =