Le printemps tunisien n’a pas apporté de réel changement – Rapport spécial

Par Alessandra Bajec

Chaque janvier depuis 2011, les manifestations sont devenues un événement régulier en Tunisie pour marquer le dixième anniversaire de la révolution qui a renversé le régime du dictateur de longue date Zein el Abdine Ben Ali – et a déclenché ce qui est devenu le printemps arabe. Malgré ces manifestations annuelles, cependant, la Tunisie n’a pas réussi à faire de progrès substantiels dans la vie quotidienne de ses citoyens car la démocratisation du pays ne s’accompagne pas d’une transition socio-économique.

Compte tenu de cet échec, les manifestations de cette année étaient différentes. Tout au long du mois de janvier, des manifestations nocturnes ont secoué les quartiers défavorisés de la capitale comme Ettadhamen et Douar Hicher et de nombreuses villes du pays pendant plus d’une semaine. Des dizaines de jeunes âgés de 15 à 30 ans ont affronté les forces de sécurité. Certains incidents de pillage et de vandalisme ont été signalés. L’armée et la police ont réagi par un recours excessif à la force et des arrestations massives de plus de 1 600 jeunes pour la plupart, dont un tiers sont des mineurs.

La série de manifestations nocturnes a commencé le jour de l’anniversaire, le 14 janvier, qui a coïncidé avec le début d’un verrouillage national de quatre jours ordonné ostensiblement de contenir un récent pic de COVID-19, bien que de nombreux Tunisiens aient affirmé que la mini-détention avait été imposée dissuader les gens de manifester, plutôt que pour des raisons de santé publique.

Les révoltes ont frappé différents endroits, des zones urbaines pauvres de Tunis à Siliana, Kairouan, Kasserine et Gafsa à l’intérieur jusqu’aux villes balnéaires telles que Bizerte, Nabeul, Sousse et Monastir.

Des rassemblements de jour ont suivi pour protester contre la répression policière, la corruption et une situation économique désastreuse exacerbée par la pandémie de coronavirus. Les militants ont également demandé la libération des jeunes manifestants détenus. Les manifestations se sont poursuivies tout au long de la seconde quinzaine de janvier, certains rassemblements se poursuivant en février. La vague de troubles chez les jeunes était sans précédent. Les étudiants, les décrocheurs, les chômeurs – pour la plupart non affiliés à aucun parti politique – se sont révoltés dans les quartiers populaires. Leurs protestations reflétaient une prise de conscience plus large du taux de chômage élevé, de l’appauvrissement et de la détérioration des conditions de vie.

Heythem, un militant de la fin des années 20 du mouvement tunisien «Hold Them Accountable» ( Hassebhom ), a déclaré à Toward Freedom que les actions des jeunes de la périphérie étaient «politiques» alors même qu’ils pillaient les chaînes de supermarchés. «Ils ont envoyé un message politique: » nous avons faim, nous devons nous battre pour nos petites entreprises « », a-t-il affirmé. «Lorsque ces enfants voient la police faire des descentes dans leurs quartiers et attaquer leurs pairs, ils demandent clairement de ‘quitter mon quartier!’»

Une fois que les manifestations de rue sont entrées dans le centre de la capitale tunisienne pendant la journée, le mouvement de protestation s’est encore élargi pour inclure des acteurs de la société civile, des groupes de défense des droits, des partisans de gauche, des représentants de partis de gauche, des anarchistes et des militants queer.

La colère généralisée face à la privation socio-économique et aux abus de la police s’est reflétée dans la participation importante et variée dans les rues du centre-ville de Tunis.

«Dès que la scène de protestation s’est déplacée dans la capitale, les foules sont devenues beaucoup plus diversifiées avec une forte représentation de la société civile au sens large», a déclaré Quiem Chettaoui à Toward Freedom . Chettaoui est un spécialiste des politiques publiques axé sur les questions socio-économiques en Tunisie. Elle a déclaré que ces manifestants avaient aidé à formuler «des demandes plus explicites», vraisemblablement compte tenu de leurs antécédents politiques et de leur expérience de l’activisme.

Un nouveau groupe de jeunes militants antifascistes, «The Wrong Generation», s’est mobilisé de manière plus inclusive que d’autres groupes de protestation, atteignant les jeunes des quartiers défavorisés. Leur intention est de mieux comprendre les doléances des riverains, tout en gardant un contact régulier avec eux.

Un autre groupe, la Campagne nationale pour soutenir les luttes sociales, a publié une déclaration articulant un ensemble de revendications populaires à la suite des manifestations de janvier appelé le programme des peuples contre l’élite. Certaines des demandes incluent la libération de tous les détenus et le démantèlement du système répressif de la police; porter le salaire minimum d’un peu moins de 400 TND (146 $) à 600 TND (219 $) par mois et octroyer des allocations de chômage mensuelles de 400 TND; la distribution des terres appartenant à l’État et des terres négligées des grands propriétaires fonciers aux travailleurs agricoles sans terre, aux chômeurs et aux petits agriculteurs; et la relance de l’industrie textile nationale.

Amayed Aymen, un activiste de 29 ans et chercheur indépendant de Gafsa, a assisté à une plus grande participation aux rassemblements de janvier, même s’il pensait que les membres de groupes de la société civile établis et les militants politiques restaient détachés des problèmes quotidiens des personnes issues des districts marginalisés.

«Ils [l’élite civile] ne savent pas ce qui se passe dans les banlieues ou à l’intérieur, ils visitent à peine ces zones, mais beaucoup d’entre eux ont tendance à parler au nom du peuple même si ce n’est pas leur lutte», a noté le chercheur.

«Quand vous voyez des enfants se lever, c’est un très mauvais signe», a-t-il ajouté. «Cela signifie qu’eux aussi ressentent l’impact de la crise. Vous pouvez voir des Tunisiens lutter pour acheter des produits essentiels et mener une vie normale. La situation est toujours pire pour ceux qui vivent dans des zones à faible revenu. »

Le pays est aux prises avec un taux d’inflation de 7,5% et le chômage dépasse 15%, un tiers du nombre étant composé de jeunes. Le PIB a diminué de 9 pour cent l’année dernière.

Face au chômage endémique des jeunes, au manque de perspectives de vie et à une réponse sécuritaire musclée à leurs problèmes, tout ce que ces jeunes Tunisiens voulaient était d’être entendu.

Politiciens focalisés sur le vandalisme

Le silence prédominant des responsables gouvernementaux en réaction aux troubles nocturnes a déçu les militants. Certains politiciens et chefs de parti ont rompu leur silence quelques jours plus tard, manifestant cependant très peu d’empathie. Plutôt que de tenter de comprendre ce qui aurait pu motiver de telles vagues de colère, les partis politiques ont préféré concentrer leur attention sur les actes de vandalisme et de pillage qui se sont produits pendant les émeutes.

Rached Ghannouchi, président du parlement et chef du parti musulman Ennahdha , s’est adressé avec mépris aux jeunes en colère à la télévision: «Le vandalisme et le pillage ne vous apporteront pas d’emploi», a-t-il insisté. Certaines personnalités importantes d’ Ennahdha ont accusé les jeunes manifestants d’être des saboteurs et des criminels.

Dans un autre discours télévisé, le Premier ministre Hichem Mechichi a déclaré qu’il comprenait les manifestants, mais que «la loi sera appliquée».

Lors d’une visite dans une banlieue de Tunis, le président Kais Saied s’est entretenu avec une dizaine de jeunes, les exhortant à s’abstenir de viser des personnes ou des biens.

Le 26 janvier, le parlement tunisien a tenu un vote de confiance dans un remaniement du gouvernement de Mechichi. Il s’est réuni au milieu d’une forte sécurité policière, ressemblant à un état de siège, alors que des centaines de manifestants se rassemblaient à proximité pour appeler à la chute du système.

A tweeté Nesrine Jelalia, directrice exécutive du chien de garde parlementaire tunisien Al Bawsala, «Au lieu de se préparer à recevoir une délégation de jeunes manifestants à l’ARP [parlement] pour les engager dans le dialogue et les écouter, l’ARP et les autres institutions étatiques ont choisi de se barricadent au moyen de barbelés et de chars.

La révolution du jasmin: une certaine démocratie gagnée; mais les droits économiques et sociaux prévenus

Dix ans plus tard, le mécontentement de la population est palpable. L’establishment politique post-révolutionnaire n’a manifestement pas réussi à répondre aux aspirations mêmes scandées par ceux qui ont combattu dans le soulèvement. Pourtant, le bouleversement tunisien de 2011, surnommé la «révolution du jasmin», a abouti à une démocratie naissante qui a jusqu’à présent traversé une transition cahoteuse mais pacifique malgré tous les défis économiques, politiques et sociaux. La petite nation nord-africaine a souvent été saluée comme la seule réussite du printemps arabe en raison de son expérience démocratique, qui a été la première et la plus longue du monde arabe à la suite des manifestations. Depuis lors, de nombreux Tunisiens jouissent de droits et libertés durement acquis, tant publics qu’individuels, l’un des acquis les plus solides étant la liberté d’expression.

Mais à l’origine, la révolution n’était pas une question de démocratie. Lors des révoltes populaires de 2010-2011 qui ont balayé les régions intérieures de la Tunisie, le slogan notoire «travail, liberté et dignité nationale» représentait le mieux les revendications fondamentales qui ont poussé les gens à descendre dans la rue. Il s’agissait avant tout d’améliorer leurs moyens d’existence. Lorsque le 17 décembre 2010, le vendeur ambulant Mohammed Bouazizi s’est immolé par le feu, ce qui a déclenché la révolution tunisienne, il l’a fait pour protester contre la corruption gouvernementale et le chômage généralisé.

Plus tard, alors que les bouleversements se propageaient dans tout le pays et atteignaient la capitale, des groupes de la société civile, des partis d’opposition et des syndicats ont rejoint le mouvement. Ce n’est qu’alors que le changement politique est devenu une demande.

Mehdi Barhoumi, chef de projet pour l’ONG International Alert en Tunisie , a expliqué à Toward Freedom que la priorité de l’élite politique était la «question démocratique» par opposition à la «question socio-économique». «Le changement structurel nécessaire pour créer un modèle juste et équitable ne s’est pas produit», s’est-il plaint.

Pour de nombreux jeunes révolutionnaires et militants, une fois que les élites politiques et civiles ont saisi le soulèvement comme une opportunité d’évincer l’ancien autocrate, des questions comme le transfert de pouvoir et la transition démocratique ont repris les appels initiaux en faveur des droits socio-économiques entendus lors des premières manifestations.

Le jeune militant Heythem est également un ancien membre du mouvement «Je ne pardonnerai pas» ( Manich Msameh) qui a fait pression contre la corruption et l’impunité. Il a souligné qu’après que Ben Ali a fui le pays le 14 janvier 2011, des personnalités de l’opposition et des organisations civiles établies ont exprimé des revendications institutionnelles, à savoir la rédaction d’une constitution et la tenue d’élections libres et équitables, qui n’étaient «pas les revendications du peuple. . »

La Tunisie a tenu des élections libres (présidentielles et législatives) à deux reprises depuis la révolution, en 2014 et 2019. Heythem a noté qu’après avoir voté pour la première fois à deux séries d’élections démocratiques, les Tunisiens se sont rendu compte que les dirigeants politiques post-2011 n’agissent pas. dans l’intérêt public comme ils l’espéraient. Au lieu de cela, ils sont enclins à protéger les groupes d’intérêt et les capitalistes de copinage, car beaucoup d’entre eux sont connectés à ces réseaux privilégiés bien enracinés.

«Le processus révolutionnaire a été rapidement détourné par des groupes d’intérêt, qu’il s’agisse d’élites politiques, économiques ou financières, qui ont maintes fois entravé les progrès du pays», a observé Quiem Chettaoui. Cela, selon elle, était dû au fait que le mouvement de protestation populaire de base en 2011 n’était pas très bien organisé et que les forces politiques qui s’opposaient au régime étaient trop faibles et non coordonnées pour former un bloc cohésif qui pourrait soutenir le mouvement de protestation dans sa demande de changement. .

Une décennie après le début de la révolution, au milieu d’une politique tumultueuse, plus de dix gouvernements élus successifs n’ont pas réussi à promulguer des réformes indispensables telles que l’adoption de griefs sociaux et économiques régionaux et la lutte contre la corruption et le népotisme.

La richesse reste concentrée sur la côte et la responsabilité est insaisissable

Loin de renverser le statu quo socio-économique, le leadership politique post-2011 a reproduit les mêmes mécanismes qui perpétuent les inégalités régionales depuis que l’État nord-africain a obtenu son indépendance en 1956. Autrement dit, la richesse est principalement concentrée dans les zones côtières. au détriment de l’arrière-pays négligé qui est aux prises avec des infrastructures médiocres, des ressources limitées et un accès limité aux opportunités d’emploi.

Sayida Ouniss , une parlementaire représentant le parti musulman Ennahdha, a reconnu que le droit d’accéder aux ressources économiques est une question centrale qui aurait dû être priorisée, mais qui n’a pas été traitée jusqu’à présent, ce qui implique que la «volonté politique» fait défaut. Si elle est résolue , a-t-elle déclaré à Toward Freedom, « cette question clé ouvrirait des opportunités commerciales, faciliterait la création d’entreprises, embaucherait formellement des travailleurs et garantirait la fourniture d’une couverture de sécurité sociale».

Mehdi Barhoumi, qui est également un expert des droits et de la gouvernance, a rappelé que l’ancien modèle économique avait été maintenu, «renforçant ainsi les déséquilibres régionaux» que la pandémie a encore mis en évidence en termes d’accès aux services de santé et sociaux.

La lutte pour la reddition de comptes a également été difficile. Le processus de justice transitionnelle en Tunisie, qui a été mis en place pour restaurer la dignité des victimes et faire face à des décennies de corruption et de violence, a subi des revers majeurs. La plupart sont issus des dirigeants politiques du pays et des élites tunisiennes. Des responsables gouvernementaux, ainsi que des autorités de sécurité et judiciaires, ont entravé le travail de la Commission vérité et dignité (TDC), mise en place en 2014. La TDC est chargée d’enquêter sur les violations des droits de l’homme, la corruption et les crimes économiques commis dans toute la dictature du pays et dans le années qui ont immédiatement suivi la révolution ,. Le gouvernement a empêché l’accès aux preuves contenues dans les archives et les fichiers. Le Parlement a même tenté d’ empêcher l’extension du mandat de la commission. De plus, la loi de réconciliation administrative très controversée, adoptée en septembre 2017, a accordé l’amnistie aux fonctionnaires coupables de corruption, ce qui a bouleversé le processus officiel de justice transitionnelle.

Une cour constitutionnelle n’a toujours pas été formée depuis sa création en 2014 en raison de l’incapacité du parlement à nommer ses trois derniers membres, laissant la démocratie tunisienne mal équipée pour réglementer la répartition du pouvoir au sein du régime politique du pays, en particulier en temps de crise.

« Sans un organe juridique pour déterminer qui a raison, des questions cruciales comme la nomination des ministres ont évolué vers des luttes intestines politiques et le chaos, empêchant le pays d’aller de l’avant», a expliqué Sarah Yerkes, membre senior du Carnegie Endowment for International Peace’s Middle. Programme Est qui se spécialise dans la politique et l’économie de la Tunisie. .

Pour rendre les choses plus difficiles, la Tunisie vit une instabilité politique continue depuis la révolution, alors que les cabinets successifs de courte durée, avec des dirigeants politiques occupés à leurs propres conflits internes, ont reporté ou bloqué la mise en œuvre de réformes clés. Le gouvernement manque tout simplement de la continuité dont il a besoin pour fonctionner comme il se doit, en particulier en période de crise comme la pandémie de coronavirus.

Accorder la priorité au progrès politique depuis 2011 ne s’est pas traduit par une amélioration des moyens de subsistance et de la dignité pour tous. Les libertés civiles et politiques sans opportunités économiques et équité sociale ne signifient pas grand-chose pour la population.

«La police partout, la justice nulle part»

Dans un environnement politique de plus en plus polarisé, le gouvernement est bien conscient de son incapacité à apporter les solutions nécessaires aux citoyens. Au lieu de cela, il a choisi de contenir la colère populaire en renforçant la sécurité.

La relation entre les forces de sécurité et les citadins pauvres en Tunisie est depuis longtemps tendue. Les pratiques répressives adoptées à l’époque de Ben Ali (1997-2011) se sont poursuivies après la révolution de 2011. Le jeune activiste Amayed Aymen a évoqué les abus constants de la police que les jeunes des quartiers défavorisés doivent endurer. «Les flics arrêtent régulièrement et vérifient les papiers d’identité des jeunes hommes dans le centre de Tunis, en fonction de leur apparence.» S’ils arrêtent quelqu’un d’un endroit marginalisé », a-t-il ajouté,« ils lui demanderont «que faites-vous ici?», Soulignant la liberté restreinte et le peu de dignité de ces jeunes.

Mais parce que ces mêmes jeunes Tunisiens à la fin de l’adolescence ou au début de la vingtaine n’ont pas vécu sous la dictature de Ben Ali, ils ignorent ce qu’est l’autoritarisme et s’attendent à être libres à l’ère de l’après-révolution. Ils savent qu’ils ont des droits et sont prêts à se battre pour eux. Ils perçoivent en grande partie le gouvernement et l’ensemble du système comme corrompus. Ils rejettent les partis politiques et les islamistes, les membres de l’ancien régime et autres, et s’opposent aux abus de pouvoir de la police et de toute autorité qui leur dicte quoi faire. «La police partout, la justice nulle part», lit-on certaines des banderoles hissées lors des manifestations de janvier.

Les dirigeants politiques n’ont pas rompu avec les anciens choix économiques et sociaux faits sous Ben Ali, et les jeunes d’aujourd’hui veulent rompre avec la classe politique actuelle qui s’est révélée à plusieurs reprises incompétente.

Pendant ce temps, les vestiges des politiques de Ben Ali ont prolongé un modèle de développement exclusif, laissant croître l’économie informelle, avec sa main-d’œuvre de plus en plus précaire et peu rémunérée, tout en refusant aux travailleurs irréguliers le droit d’être intégrés dans le secteur formel afin d’avoir accès à une meilleure économie économique. Opportunités.

Le député Ouniss a admis que la grande erreur commise par toutes les parties au fil des ans n’a pas été de donner la priorité à un meilleur accès à la production de richesse. «Il faut du courage politique de chacun pour prendre position contre le capitalisme de copinage, pour ouvrir un débat et légiférer sur ce dossier», a estimé le législateur. Agir sur cette question critique, a-t-elle poursuivi, permettrait de réapprovisionner les caisses, y compris les fonds de sécurité sociale, permettant à l’État d’allouer des dépenses plus adéquates dans les secteurs de l’éducation, de la santé, des transports et des infrastructures, ainsi que de concevoir et de mettre en œuvre des politiques publiques. garantir l’équité économique et sociale.

Pour Mehdi Barhoumi, «le vrai problème n’a pas été de remettre en question le système économique et social que nous avons. Nous devons avoir un nouveau modèle basé sur une meilleure redistribution des richesses », faisant allusion à la rareté des emplois et à la diminution des services publics de qualité médiocre à l’intérieur, au sud et dans les banlieues.

Le parcours révolutionnaire de la Tunisie est remis en cause par des mouvements régressifs venant de plusieurs joueurs. Ceux-ci incluent les cercles des capitalistes et des groupes d’intérêt financier, les élites politiques, le plus grand parti islamiste modéré Ennahda (qui est la seule force politique stable depuis la révolution) et des politiciens contre-révolutionnaires comme Abir Moussi, un ancien responsable du parti de Ben Ali qui loue ouvertement l’ancien régime et dont le Parti Destourien Libre (PDL) est en tête dans les sondages.

Les forces extérieures empêchent également le changement

Cependant, les défis ne viennent pas seulement de l’intérieur. Le Fonds monétaire international (FMI), le plus important donateur étranger du pays, est probablement le plus grand acteur extérieur contre-révolutionnaire. La politique du FMI en Tunisie est une autre source de pression économique. Ses prêts sont liés à un programme d’austérité drastique aggravant les malheurs sociaux de l’État nord-africain, en particulier dans les régions internes, tout en faisant peu pour essayer de résoudre les problèmes structurels auxquels est confrontée l’économie nationale. Les directives néolibérales du fonds ont considérablement sapé les faibles efforts des gouvernements de transition pour adopter des mesures socialement et économiquement justes pour répondre aux demandes de la population.

L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU) ont également joué un rôle en soutenant les forces antidémocratiques en Tunisie et en concentrant récemment leur soutien sur le leader contre-révolutionnaire, Abir Moussi.

Le gouvernement américain a fourni plus de 100 millions de dollars d’aide à la Tunisie pour renforcer l’application de la loi et le système judiciaire du pays. Une partie de l’aide a été consacrée à la modernisation de l’académie de police phare du ministère de l’Intérieur et au renforcement des capacités de formation de la police et de la Garde nationale dans des programmes comprenant le contrôle des foules. [Le texte continue ci-dessous]

Depuis 2011, la coopération militaire entre les États-Unis et la Tunisie s’intensifie. En 2015, le département d’État américain a classé le petit État nord-africain comme son seizième principal allié non-OTAN, affirmant qu’un tel accord de partenariat envoyait «un signal fort de notre soutien à la décision de la Tunisie de rejoindre les démocraties du monde». Cette déclaration n’a pas bien résonné auprès du public tunisien. «Depuis quand l’OTAN a-t-elle promu la« démocratie »dans les pays du sud de la Méditerranée?» a demandé Francis Ghilès, un expert européen de premier plan sur le Maghreb, dans un éditorial . Après que les forces de l’ OTAN ont bombardé la Libye, at – il noté, la «Le Royaume-Uni et les États-Unis ont quitté la Libye à l’automne 2011, laissant la Tunisie faire face à un afflux massif de réfugiés. Ils ont laissé un État en faillite et d’énormes caches d’armes modernes qui ont ensuite coulé dans les pays voisins.

La Tunisie est un partenaire réticent de l’alliance, souhaitant préserver la souveraineté nationale en matière de sécurité, ce qui n’est pas facile dans un contexte de turbulences régionales, notamment lorsqu’elle est absorbée par des troubles économiques et sociaux chez elle. Le gouvernement s’oppose à la présence de toute organisation étrangère à l’intérieur du pays, semblant mal à l’aise de dire aux citoyens que les bases militaires tunisiennes sont utilisées par les puissances occidentales pour des opérations dans les pays voisins, ou qu’il y a des bottes étrangères sur le terrain.

«L’OTAN est très impopulaire dans notre pays. J’ai encore du mal à comprendre pourquoi nous avons besoin de l’aide de ceux qui ont mis le feu à la région. » a tweeté Chafik Ben Rouine, co-fondateur de l’Observatoire tunisien de l’économie (TOE).

Pendant ce temps, le mouvement de protestation de la jeunesse qui a émergé des troubles de janvier ne fait que commencer à se définir. Ces jeunes manifestants sont douloureusement conscients de la réalité dans laquelle ils vivent. Ils sont motivés par des revendications claires et rejettent la politique de statu quo proposée par l’establishment post-2011.

Reste à voir si leur mouvement aura suffisamment d’endurance pour continuer à se mobiliser et à pousser pour le changement – contre un gouvernement qui continuera sa réponse axée sur la sécurité.

Alessandra Bajec est une journaliste indépendante spécialisée dans le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Entre 2010 et 2011, elle a vécu en Palestine. Elle était basée au Caire de 2013 à 2017, et depuis 2018 est basée à Tunis.

Toward Freedom, 15 mars 2021

Tags : Tunisie, Printemps Arabe, démocratie, liberté,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
36 ⁄ 12 =