Pays Bas: Elle utilisait les sites de rencontres pour ses arnaques. Son complice se cache au Maroc

Une fraude présumée (21) fait des victimes via des sites de rencontre

Une femme de 21 ans de Dwingeloo, soupçonnée d’avoir volé des dizaines de milliers d’euros par fraude, a arnaqué ses victimes via des sites de rencontres et des rendez-vous, entre autres. Cela s’est manifesté au cours d’une courte audition, durant laquelle les juges n’ont pas encore touché le fond de l’affaire.

La femme est en prison depuis novembre. Son avocat Leon Rommy a demandé qu’elle soit libérée sous certaines conditions, afin qu’elle puisse être admise dans une institution pour victimes de la traite des êtres humains et des pratiques de loverboy, entre autres. Le juge a accordé cette demande, la femme sera admise la semaine prochaine.

«Modèle de revenus»

La femme a probablement été victime d’un garçon amoureux. Son ex-petit ami l’a utilisée pour commettre des actes criminels. Elle était un «modèle commercial» pour lui, a noté le juge. La femme vivait avec sa mère à Dwingeloo lorsqu’elle a été arrêtée. Il y avait deux valises dans la maison, prêtes à être emballées. La police soupçonne la femme de vouloir se rendre au Maroc. Son petit ami de l’époque a disparu et il y a de fortes chances qu’il reste au Maroc. Un mandat d’arrêt européen a été émis contre lui.

Il a dit à la femme d’établir des relations avec les victimes et de se déshabiller financièrement. L’une des victimes a déclaré après l’audience qu’il était entré en contact avec elle via un site de rencontre. Il est allé dîner avec elle et a été emmené par elle. « J’ai remarqué qu’elle est ensuite partie dans une voiture très chère. J’ai trouvé cela un peu étrange », a-t-il déclaré. Bientôt, elle a été confrontée à une facture impayée. Les huissiers seraient après elle. Il a décidé de lui prêter de l’argent. Il a reçu son adresse et ses coordonnées bancaires pour cela.

Recherche psychologique

D’autres factures suivirent plus tard, mais l’homme ne les acheta plus. La femme a rompu le contact. L’argent emprunté n’a jamais été remboursé, a déclaré l’homme. Le parquet soupçonne non seulement la femme de fraude, mais aussi de blanchiment d’argent et de contrefaçon. Cela se serait produit entre janvier et novembre 2020. La femme subit toujours un examen psychologique. Tant que l’enquête n’est pas terminée, elle n’est pas autorisée à avoir de contact avec son ex-petit ami. On ignore encore quand le traitement de fond de l’affaire suivra.

RTV Drenthe, 24 fév 2021

Tags : Pays Bas, Maroc, arnaques, site de rencontres,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
33 ⁄ 11 =