Des milliers de manifestants descendent dans la rue en Tunisie alors que la crise politique s’aggrave

Des milliers de partisans du parti conservateur islamique Ennahda se sont rendus dans la capitale Tunis pour se joindre aux manifestations
Les manifestants ont appelé à «  l’unité nationale  » et à la «  stabilité politique  », a rapporté l’agence de presse officielle TAP

Les partisans du parti au pouvoir en Tunisie sont descendus dans la rue samedi lors de l’une des plus grandes manifestations que le pays ait connues depuis des années.
Des témoins ont déclaré que des milliers de partisans du parti conservateur islamique Ennahda se sont rendus dans la capitale Tunis, après que le parti eut appelé à une «marche pour la défense des institutions démocratiques».
Les manifestants ont appelé à «l’unité nationale» et à «la stabilité politique», a rapporté l’agence de presse officielle TAP.
Dans son appel à protester, Ennahda a déclaré que la Tunisie avait connu ces derniers mois un «comportement irresponsable» qui «perturbait le processus démocratique», semant «une atmosphère de doute et d’insécurité» à l’égard des institutions étatiques.

La toile de fond des manifestations est une crise politique qui s’aggrave alors que le président Kais Saied s’oppose à la restructuration du cabinet du Premier ministre Hichem Mechichi, que le parlement a déjà approuvé.
Les manifestations visent à renforcer Mechichi et à démontrer le pouvoir d’Ennahda, le plus grand parti du pays.

Il y a eu des manifestations anti-gouvernementales ces dernières semaines avec des centaines d’arrestations, selon le ministère de l’Intérieur. Les manifestants accusent le gouvernement de corruption et condamnent les violences policières.

Pendant ce temps, le pays est également aux prises avec la plus grande récession économique depuis son indépendance en 1956, selon le Fonds monétaire international.
L’année dernière, le produit intérieur brut (PIB) du pays a diminué d’environ 8,2% et le chômage est passé à 17%.
Le ralentissement de la Tunisie intervient au milieu des troubles et des attaques des insurgés militants depuis le soulèvement qui a renversé le dictateur de longue date Zine El Abidine Ben Ali en 2011.
Le soulèvement de la Tunisie a inspiré les révoltes du printemps arabe de 2010-11.

South China Morning Post, 28 fév 2021

Tags : Tunisie, Kaies Saied, Ennahdha, crise politique,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
21 ⁄ 1 =