Soixante ans après la perte de 46 personnes en essayant d’atteindre la Terre Sainte depuis le Maroc

Source : The Jerusalem Post, 25 fév 2021

Se souvenir de ceux qui ont été perdus dans la tragédie fatale

Par NUR YISRAELI

Lors de cette nuit fatidique du 10 janvier 1961, 44 Juifs ont été amenés clandestinement hors du Maroc et embarqués sur le navire d’immigrants illégaux Egoz, qui s’est mis en route vers l’État d’Israël. Le navire a chaviré peu après avoir quitté le Maroc, tuant les 44 passagers et deux membres d’équipage. Trois membres d’équipage espagnols ont été secourus.
Gila Gutman-Azulai, 70 ans et de Haïfa, a perdu six membres de sa famille dans la tragédie.

«Avant la catastrophe, nous étions huit enfants et ma mère. Après cette nuit fatidique, seuls trois d’entre nous sont restés en vie », se souvient Gutman-Azulai en larmes. «Il a fallu de nombreuses années avant que je puisse en parler.»

Gutman-Azulai avait été amenée clandestinement hors du Maroc à l’âge de 10 ans, avec sa sœur Fanny, 12 ans. Ils étaient aidés par la clandestinité juive opérant au Maroc, dans laquelle son frère aîné, David, était actif.

L’opération Egoz avait été organisée par le réseau souterrain au Maroc en collaboration avec le Mossad israélien. L’opération a été formulée suite à la décision du Maroc, après avoir obtenu son indépendance de la France en 1956, d’interdire l’émigration juive. En conséquence, dans les années 1956 à 1961, toute immigration du Maroc vers Israël a été effectuée en secret, principalement par le biais de la clandestinité juive locale.
Les Juifs ont été forcés de quitter leurs maisons en pleine nuit et de monter à bord de navires qui se dirigeaient vers divers endroits en Europe. De là, ils continueraient leur voyage vers Israël. Plus de 30 000 Juifs marocains se sont rendus en Israël de cette façon au cours de cette période.

On pense que l’Egoz a coulé après s’être échoué et chaviré. Les corps de 22 victimes ont finalement été retrouvés; les corps des victimes restantes n’ont jamais été retrouvés. Parmi ceux qui ont péri cette nuit-là, il y avait l’agent du Mossad Chaim Tzarfati, qui accompagnait le groupe. La moitié des victimes étaient des enfants.

«Nous avons entendu parler du navire qui a coulé avant même d’arriver en Israël», se souvient Gutman-Azulai, «mais nous n’avions aucune idée que les membres de notre famille participaient à ce voyage. Ma sœur et moi avons appris la disparition de notre famille deux mois plus tard. Nous étions dans un pensionnat ici en Israël lorsqu’un jour notre oncle est arrivé et nous a emmenés chez lui, où il nous a annoncé la triste nouvelle. Il a dit que personne n’avait survécu à l’eau froide et que notre mère, avec cinq de nos frères et sœurs, s’était noyée.

«J’ai éclaté en pleurant. À la fin de la shiva, lorsque nous avons été ramenés à l’école, a commencé le phénomène que j’appelle le ‘silence tonitruant’.
Que veux-tu dire?

«Tout le monde à notre pensionnat avait entendu ce qui était arrivé à notre famille, et pourtant personne n’en a parlé avec nous, y compris notre conseiller et le directeur. Nous venions de recevoir la pire nouvelle possible, et pourtant personne ne s’intéressait à notre bien-être. J’ai vite compris qu’il était honteux de dire à qui que ce soit que j’avais perdu toute ma famille. Je pensais que c’était probablement parce que j’étais une mauvaise fille.

«Pendant 20 ans, j’ai caché ma perte et je n’en ai parlé à personne. Ce n’est qu’après que je me suis marié et que j’ai eu mes propres enfants qui me demandaient sans cesse pourquoi ils n’avaient pas de grands-parents que j’ai commencé à enquêter sur mon passé.

«Un jour, à la radio, j’ai entendu quelqu’un dire qu’il avait commandé un navire qui avait amené des Juifs du Maroc en Israël. J’ai immédiatement appelé la radio et lui ai demandé si je pouvais lui parler. Ce fut le début de mon long voyage pour découvrir ce qui était arrivé à ma famille. J’ai rencontré de nombreuses personnes qui avaient participé à ces voyages secrets, y compris les 12 voyages que l’Egoz avait faits avant le 13e voyage fatidique qui s’est terminé par la noyade des membres de ma famille.

Comment votre frère David, qui était activement impliqué dans le trafic de Juifs hors du Maroc, a-t-il fait face à la tragédie?

«David avait 19 ans à l’époque et il a pris la nouvelle très fort. Parce qu’il avait été actif dans la clandestinité et avait été impliqué pour convaincre les Juifs de partir sur ces navires, il se sentait personnellement responsable de la noyade des membres de notre famille. Il a vécu avec ce sentiment écrasant de culpabilité pour le reste de sa vie. Jamais il n’en a parlé.

«Il y a quatre ans, juste avant sa mort, il m’a dit que malgré le fait qu’il avait une belle famille et beaucoup de petits-enfants, il lui manquait encore terriblement notre mère. «Elle et nos frères et sœurs étaient censés être ici avec nous maintenant», m’a-t-il dit les larmes aux yeux. Je n’oublierai jamais ce moment. »

SOLIKA PERETZ a perdu cinq membres de sa famille dans la tragédie d’Egoz .

«Nous étions sept sœurs vivant avec nos parents à Casablanca», se souvient Peretz, 85 ans, qui vit à Migdal Ha’emek. «J’ai déménagé en Israël avec mon mari quand j’avais 18 ans, et trois autres sœurs sont arrivées au cours des années suivantes. En 1961, ma mère, ma sœur, son mari et leurs deux enfants ont décidé de faire leur alyah. Avec une valise pour les cinq, ils ont réussi à éviter la police marocaine alors qu’ils se dirigeaient tranquillement vers le port en pleine nuit. Tout s’est déroulé dans le plus grand secret et leur peur d’être pris était immense.

Iris Suissa, dont l’oncle, avec toute sa famille, a perdu la vie sur l’Egoz, a déclaré: «Pour ma grand-mère, il y a la vie avant la tragédie, et puis tout ce qui s’est passé depuis.

«Je me souviens de tant de fois où nous allions rendre visite à ma grand-mère. Nous la trouvions assise sur le canapé du salon en train de se balancer en regardant les bougies qu’elle avait allumées en mémoire de mon oncle qui était mort sur l’Egoz. C’était déchirant de la voir comme ça. Elle parlait toujours de son fils aîné en disant: «J’ai perdu mes yeux et mon âme».

«Je pense que mon père a probablement porté le poids de sa profonde tristesse, car elle s’est accrochée à lui pour ne pas le perdre aussi.
ISRAËL A LANCÉ des dizaines de missions secrètes au Maroc et dans d’autres pays à la demande des Premiers ministres Shimon Peres, Yitzhak Shamir et Yitzhak Rabin. Les missions étaient dirigées par Sam Ben Shetreet, qui a ensuite fondé une organisation pour commémorer la catastrophe d’Egoz et l’héritage de l’immigration de la communauté juive d’Afrique du Nord en Israël.

L’organisation s’est également efforcée de persuader le roi Hassan II du Maroc d’autoriser les restes des 22 corps retrouvés à être transportés en Israël pour être enterrés dans le cadre de ce qui est devenu l’opération Ayelet Hashachar. Les corps ont été enterrés sur le mont Herzl le 14 décembre 1992.

«Nous avons tenu plus de 40 réunions avec des fonctionnaires du palais avant d’en avoir la permission», explique Ben Shetreet. «Le roi Hassan II avait deux conditions: premièrement, qu’il couvrirait personnellement toutes les dépenses. Et deuxièmement, que je serais en charge du volet relations publiques de l’événement, et que je proclamerais aux médias internationaux que c’était un hommage au regretté «homme de paix» [Yitzhak Rabin] et à tous les Marocains. Juifs vivant en Israël. »
Gutman-Azulai a également pris part aux efforts visant à ramener les restes en Israël.

«Nous avons recherché d’autres familles qui avaient également été touchées par la tragédie. Sam [Ben Shetreet] a voyagé dans le cadre d’une délégation israélienne pour rencontrer des responsables marocains. Nous essayions de garder le moral car nous avons subi de nombreux revers et déceptions. Un jour, j’ai reçu un appel du secrétaire d’Yitzhak Rabin, qui m’a dit que les restes de nos familles étaient à ce moment-là sur un vol pour Israël, et que je devais rassembler rapidement toutes les familles endeuillées afin qu’elles puissent venir identifier les corps de leurs proches. ceux. Nous avons trouvé les restes de ma mère et de mes quatre frères et sœurs, mais pas de ma sœur Yaffa. Trois jours plus tard, un service funèbre officiel a eu lieu.

«Ma mère a assisté à toutes les discussions à la Knesset sur le transport des restes des victimes du Maroc vers Israël», explique David, le fils de Solika Peretz. «Lorsqu’ils ont finalement été amenés en 1992, on a demandé à des proches d’identifier les restes de leurs proches en regardant des photos qui avaient été prises des corps après leur sortie de l’eau. Nous avons retrouvé ma grand-mère, ma tante Miriam et son mari. Mais aucun des enfants n’a jamais été retrouvé.

«La cérémonie a été très puissante. C’était vraiment réconfortant de savoir que l’État d’Israël ferait de grands efforts pour amener nos êtres chers à l’enterrement en Israël. Cela a fait une si grande différence pour ma mère d’avoir une tombe à visiter. Il y a finalement eu une certaine joie mélangée à la douleur.

Comment commémorez-vous la mémoire de vos proches?
«Lorsqu’ils ont annoncé en 1992 qu’ils apporteraient les restes de notre famille pour l’enterrement en Israël, j’ai vu tellement de douleur dans les yeux de mon père et de ma grand-mère», se souvient Iris Suissa. «Malheureusement, aucun de nos proches n’a jamais été retrouvé, alors nous allons visiter la pierre tombale du mont Herzl qui y a été placée en mémoire de toutes les victimes d’Egoz. Mais ce n’est pas la même chose que d’avoir une vraie tombe.

«Le jour où l’avion d’Al-Hoceima [le cimetière, où les corps ont été initialement enterrés] a atterri en Israël, c’était déchirant d’entendre les sanglots de ma belle-mère», se souvient Esther Edri, la mère de Suissa. «D’une part, elle était heureuse pour les familles qui pourraient enfin enterrer leurs proches en Israël, mais sa blessure n’a jamais guéri. Elle nous disait toujours: ‘Ils se sont enfoncés dans les profondeurs de la mer, et mon cœur a coulé avec eux.’ « 

Les récents accords de normalisation avec les pays arabes, y compris avec le Maroc, ont suscité des sentiments positifs pour les familles endeuillées.
«Quand ma mère a entendu à la télévision qu’Israël signerait un accord avec le Maroc, elle nous a tous appelés à nous dépêcher pour regarder avec elle», raconte Suissa. «Elle est une grande fan de la famille royale du Maroc. Elle connaît tous les ragots sur le roi, ses enfants et petits-enfants. C’est tellement agréable de voir à quel point cette nouvelle la rend heureuse. Nous espérons faire un voyage patrimonial en famille dès que possible afin de pouvoir visiter tous les endroits dont nous avons entendu parler à travers des histoires toute notre vie.

«Je n’ai pas du tout été surpris que les relations soient rétablies», explique Gutman-Azulai. «Les relations étaient déjà bonnes en 1992. Il y a douze ans, je suis retourné aux sources. Quand je suis arrivé dans la ville où je suis né, je me suis effondré en pleurant. Le premier endroit que je suis allé voir était la maison de mon enfance. C’était incroyablement excitant.
«L’annonce qu’Israël renouvellerait ses relations diplomatiques avec le Maroc nous a donné envie de voler là-bas pour découvrir l’histoire de notre famille», déclare David Peretz. «Nous voulons reconstituer et expérimenter par nous-mêmes le voyage qu’ils ont fait de Casablanca à Al Hoceima. Nous continuons d’entendre les Israéliens parler avec enthousiasme de voyager à Dubaï, mais nous préférerions aller au Maroc. »

Tags : Maroc, Israël, juifs marocain, migration, Egoz,


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
16 − 12 =