De Castro appelle à « réduire les tensions » dans la relation « délicate » avec le Maroc à travers l’UE

Publicités

De Castro appelle à « réduire les tensions » dans la relation « délicate » avec le Maroc à travers l’UE

Pour lui, c’est une « question de diplomatie » qui est entre les mains du gouvernement central, qui « fait tout son possible, mais il faut plus de force » à travers Bruxelles pour exiger la « réciprocité » du pays voisin.

Le président de la Ville autonome, Eduardo de Castro, a souligné hier que les relations avec le Maroc traversent « une situation délicate », compte tenu de son attitude à la frontière en fermant unilatéralement les douanes commerciales après plus de 130 ans, et « les problèmes » qui met les marchandises à l’entrée de Melilla par Malaga et Almería. Pour cette raison, il a appelé à « réduire ces tensions », ce qui, a-t-il précisé, dépend du gouvernement central et de l’Union européenne. De Castro, dans une interview à la radio, a souligné qu’il s’agit d’une « question de diplomatie » dans laquelle le gouvernement Sánchez « fait ce qu’il peut, mais il faut plus de force » et « inexorablement, cela passe par Bruxelles, par l’Europe ».

Selon lui, «l’Europe doit s’impliquer» car Ceuta et Melilla constituent sa frontière sud, un facteur qui pèse bien plus que l’éloignement ou la situation extra-péninsulaire des deux villes. Par conséquent, « l’Europe doit exiger, le moment venu, cette réciprocité en ce qui concerne les relations bilatérales du Maroc et de l’Espagne », notamment dans ce qui affecte la frontière qu’ils partagent à Ceuta et Melilla, et aussi dans des questions telles que la pression migratoire que le le pays voisin exerce avec les cayucos vers les îles Canaries.
« Ce genre de pression doit être abaissé et le Maroc doit se comporter comme nous nous comportons », a insisté De Castro. En outre, il a défendu la nécessité de maintenir les relations de voisinage entre les deux côtés de la frontière, comme cela s’est toujours produit, car elles sont liées par des liens économiques, sociaux, historiques et culturels.

La douane
Le président de la ville autonome, à Cadena Ser Andalucía, a souligné les dommages que la position du Maroc fait à l’économie locale. Ainsi, après la fermeture unilatérale de la douane commerciale en août 2018, après avoir été en activité depuis 1886, Melilla a subi une perte de revenus d’environ 19 millions d’euros « entre une chose et une autre ».
Pas en vain, De Castro a souligné que l’économie de Melilla « est soumise » par différentes parties, y compris l’administration, les fonctionnaires et le commerce, qui « s’est effondrée ».

Publicités

Source : Melilla Hoy (traduit de l’espagnol)

Tags : Maroc, Espagne, Ceuta, Melilla,

Publicités

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
3 − 1 =