Produit au Maroc, le karkoubi est considéré comme « la drogue des pauvres »

La police intercepte à Saragosse une cache de Rivotril, une drogue utilisée pour obtenir la «drogue des pauvres»

Le mélange avec du haschich a de forts effets hallucinogènes et vient en Aragon du Maroc

Des agents du quartier général supérieur de la police d’Aragon ont arrêté B. E., 38 ans, le lundi 15 février, à Saragosse, en tant qu’auteur présumé des crimes de falsification de documents et contre la santé publique. Il avait de nombreuses pilules et de fausses prescriptions pour un médicament qui, mélangé à des substances telles que le haschich, produit une substance connue sous le nom de karkubi ou médicament des pauvres en raison de son faible coût.

L’arrestation a eu lieu vers 15h30 dans une rue centrale de la capitale aragonaise, lorsque des agents motorisés de la Brigade provinciale de sécurité citoyenne ont observé qui allait être arrêté plus tard, qui, en présence de la police, a montré une attitude insaisissable et insaisissable, ce qui a incité leur identification.

Lors de la fouille de sécurité, les agents ont trouvé plus de 1 500 comprimés du médicament Rivotril et près de trente ordonnances avec lesquelles plus de 3 200 doses du même médicament auraient pu être achetées.

Une substance bon marché qui se propage du Maroc
Le Groupe de la police judiciaire du poste de police du district central de Saragosse a repris l’enquête policière sur les événements, qui s’est conclue par l’arrestation du détenu, qui a été condamné à entrer en prison après avoir été entendu dans un communiqué.

Le rivotril, en raison de son principe actif à base de clonazépam (tableau IV de la Convention de Vienne de 1971 sur les substances psychotropes) est à la base de la préparation d’un médicament connu au Maroc sous le nom de karkubi.

Karkubi est fabriqué en mélangeant du haschich et du rivotril (clonazépam), ce qui confère au composé un pouvoir psychotrope élevé, qui, lorsqu’il est mélangé avec de l’alcool ou de la colle, produit des effets hallucinogènes sur la personne qui l’ingère.

Cette drogue a son origine et sa distribution dans les humbles régions du Maroc où elle est consommée par des personnes à faible pouvoir d’achat, d’où son nom de «drogue des pauvres».

Une consommation en hausse en Espagne
Dans notre pays, depuis quelques années, la consommation de cette substance s’est répandue, en particulier parmi les jeunes.

Le quartier général supérieur de la police d’Aragon avertit la communauté pharmaceutique de ce fait et il est recommandé qu’en cas de doute sur l’authenticité d’une ordonnance ou de son contenu, ils contactent la police nationale.

Une distribution excessive de ce médicament peut poser un double risque pour la santé, d’une part en raison de la distribution possible sans contrôle médical adéquat du médicament lui-même et, d’autre part, du risque encouru lorsqu’il est mélangé avec d’autres substances psychotropes telles que le haschisch, l’alcool ou autres.

Source : El Periódico de Aragón, 19 fév 2021

Tags : Maroc, Espagne, drogue, haschich, cannabis, karkoubi,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
10 × 10 =