Processus politique en Libye : « Foutaise! » (expert)

Publicités

Premier ministre libyen élu sous l’égide de l’Onu: «Ce n’est pas un processus démocratique, c’est de la foutaise»

Par Hakim Saleck

L’Ouest libyen a un nouveau Premier ministre: Abdel Hamid Dbeibah. Le successeur de Fayez el-Sarraj doit relever un défi colossal: organiser en dix mois des élections nationales dans un pays divisé. Un projet que Riadh Sidaoui, spécialiste de la Libye, juge intenable, malgré les bonnes intentions. Explications.

Il y a à peine quelques jours, qui eût cru que, en Libye, un ancien proche de Kadhafi, réputé proche de la Turquie et de la Confrérie des frères musulmans* soit élu Premier ministre intérimaire de l’Ouest libyen avec la mission de rétablir l’unité du pays en organisant des élections nationales dans moins d’un an?

C’est pourtant ce qu’il s’est produit ce 6 février à Genève. Le travail herculéen a été confié à Abdel Hamid Dbeibah, homme d’affaires originaire de Misrata (Ouest), qui a été élu ainsi que les trois membres d’un Conseil présidentiel, à Genève dans le cadre d’un processus lancé en novembre par l’Onu. Face à lui, Aguila Salah Issa, président du Parlement de Tobrouk (Est), s’est incliné.

La lumière au bout du tunnel?

Publicités

Une élection en petit comité qui a reçu le soutien de «l’homme fort» de l’Est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, fervent opposant au précédent dirigeant du gouvernement d’«accord national» Fayez el-Sarraj. Un pas important vers un retour à l’union nationale? Spécialiste de la Libye, Riadh Sidaoui dirige le Centre arabe de recherches et d’analyses politiques et sociales (CARAPS). Il doute de la crédibilité de la manœuvre orchestrée par l’Onu. D’après lui, l’élection d’Abdel Hamid Dbeibah, en tant que Premier ministre intérimaire, souffre d’un manque criant de légitimité.

«Qui sont ces soixante-quinze électeurs qui ont élu Dbeibah? Qui les a désignés? Ce n’est pas le peuple libyen. Ce n’est pas un processus démocratique, c’est de la foutaise. Ni plus ni moins.»
Le chercheur estime que le collège de négociateurs missionnés par l’Onu qui ont élu le Premier ministre intérimaire ne représente pas un échantillon crédible de la population libyenne. Or des élections nationales ne peuvent qu’émaner d’un consensus, au sens politique du terme, entre les acteurs libyens sur le terrain, et non d’une délégation d’individus mandatés par l’Onu. Sans consensus, le directeur du CARAPS prédit que, en cas d’élections, on se redirigerait vers un scénario semblable à celui de 2014 qui a divisé le pays:

«On a l’exemple des élections de juin 2014 dont les islamistes de Tripoli ont refusé les résultats. Ce qui a créé cette dualité de parlements, à Tobrouk et à Tripoli. C’est la preuve que les Libyens n’ont pas de culture démocratique. Ils n’ont pas de tradition parlementaire, de compromis, d’élections…»
Pour lui, le salut de la démocratie libyenne ne passe pas uniquement par la tenue d’élections:

«Contrairement au rêve des Américains, la démocratie, ce n’est pas seulement la tenue d’une élection, elles n’en sont qu’un aspect. D’abord, il faut un consensus national, qui n’existe pas à l’heure actuelle en Libye.»
«On ne peut pas tenir des élections sous la menace des chars et des milices armées. La conjoncture sécuritaire est totalement antidémocratique. Les électeurs n’ont pas la sécurité pour voter», explique notre interlocuteur qui doute fortement que les différents partis armés poseront les armes d’ici un éventuel scrutin.

Pour organiser une consultation crédible, il faut avant tout une structure étatique, qui permette une transition démocratique. L’État libyen en tant que tel n’existe pas à l’heure actuelle, juge Riadh Sidaoui:

«Ce qui constitue un État c’est sa capacité à exercer le monopole de la violence légitime. Ça suppose une armée nationale et une police nationale qui sécurisent le pays. Il n’y a pas d’autorité de ce type en Libye. Donc, on ne peut pas dire qu’il y ait un État. Celui qui existait a été détruit par l’intervention de l’Otan en 2011.»
De ce fait, notre interlocuteur estime que la perspective d’une partition libyenne en trois régions: la Tripolitaine à l’Ouest, la Cyrénaïque à l’Est et le Fezzan au Sud-Ouest est aujourd’hui «plus crédible» que l’instauration d’une démocratie à travers des élections.

Des forces étrangères toujours présentes

Malgré tous les obstacles susmentionnés, le directeur du CARAPS n’exclut pas qu’Abdel Hamid Dbeibah soit un bon choix pour obtenir un consensus. Même s’il émet des réserves sur la sincérité du nouveau Premier ministre quand celui-ci appelle tous les Libyens à soutenir son gouvernement pour «la reconstruction du pays», promettant d’être «prêt à écouter tous les Libyens et à travailler avec eux, quelles que soient leur idéologie, leur appartenance ou leur région».

«C’est un homme de Misrata. On sait que les personnes originaires de cette ville de l’Ouest sont souvent plutôt hostiles à l’Armée nationale libyenne (ANL). Après, c’est un homme d’affaires, il est habitué à négocier. Il se peut que son expérience dans la recherche d’un compromis puisse servir», tempère le spécialiste du conflit libyen.

«Il n’a pas de lampe d’Aladin et je m’interroge sur sa capacité à amener les partis au compromis sans avoir de forces sur le terrain. C’est juste un nom qui a été élu. Même s’il est plein de bonne foi, les obstacles sont nombreux en Libye comme à l’extérieur pour lui», ajoute-t-il.
En effet, le pays est toujours en proie aux ingérences. Une situation qui complique la tâche des acteurs libyens essayant d’apporter une solution. Certes, le Président du Parlement de Tobrouk a annoncé le retrait des forces étrangères dans un futur proche. Mais cette perspective reste floue: un conseiller d’Erdogan ayant confié à Sputnik que la nouvelle équipe dirigeante de l’Ouest était favorable à la présence militaire turque.

*Organisation terroriste interdite en Russie.

Sputnik, 8 fév 2021

Tags : Libye, gouvernement intérime, gouvernement de transition,

Publicités

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
16 + 13 =