AP : La pauvreté et le désespoir engendrent la violence dans les banlieues tunisiennes

Par FRANCESCA EBEL


TUNIS, Tunisie (AP) – Des manifestations ont balayé des villes dans toute la Tunisie pendant une semaine, se transformant souvent en violence alors que les manifestants dénoncent ce qu’ils disent être des promesses non tenues du gouvernement, qui n’a pas été en mesure de redresser une économie au bord du gouffre de faillite.

De nombreux manifestants sont des jeunes privés de leurs droits, dont un tiers est au chômage, qui se font entendre dans la rue après avoir été laissés pour compte par les dirigeants du pays. Mais les étudiants tunisiens, les artistes et les militants de gauche ont également protesté, pour se heurter à des gaz lacrymogènes et à une réaction policière musclée.

Les groupes de défense des droits affirment que la police a arrêté quelque 1000 personnes – dont beaucoup sont des mineurs – pour des actes présumés de vandalisme et de vol, tandis que les parents et les familles se joignent désormais aux manifestations, faisant pression pour la libération de leurs enfants.

D’autres personnes exploitent simplement le chaos pour piller les supermarchés et détruire les magasins locaux.

La banlieue tunisienne de Hay Ettadhamen – parmi les quartiers les plus pauvres de la capitale – a vu certaines des manifestations les plus régulières et les plus violentes de cette semaine. L’une des zones les plus densément peuplées d’Afrique du Nord, elle compte plus de 140 000 habitants.

Les médias tunisiens n’ont pas tardé à qualifier tous les manifestants de «vandales et criminels», mais l’identité des manifestants est complexe et de nombreux manifestants étaient pacifiques. À Hay Ettadhamen, l’Associated Press s’est entretenu avec de jeunes manifestants désespérés d’une vision positive de l’avenir. Aucun d’entre eux ne donnerait son nom complet ou se ferait prendre en photo, par crainte des répercussions des forces de l’ordre.

Ils ont également une profonde méfiance à l’égard des médias. «Ce n’est pas un cirque pour vous ici», a déclaré un propriétaire de café, Mohammed, qui n’a donné que son prénom. «Vous ne venez ici que lorsqu’il y a le chaos. Où es-tu le reste du temps? »

Aziz dit que son quartier est en faillite. «Il n’y a pas d’argent ici», a déclaré le jeune homme de 17 ans, qui travaille dans un atelier de métal. Aziz n’est pas son vrai nom, qu’il n’a pas voulu donner par crainte de représailles de l’État.

«J’aurai 18 ans dans quelques mois et ensuite j’essaierai de faire la traversée vers l’Europe avec mes amis – il y a de l’argent là-bas, au moins.

En 2020, les tentatives de migration par mer ont explosé, les autorités italiennes signalant 12883 arrivées irrégulières en provenance de Tunisie, contre 2654 en 2019.

Environ un tiers des 15 à 29 ans sont au chômage en Tunisie. Certains jeunes, confrontés à peu d’options, gagnent de l’argent en volant des téléphones ou en vendant de la drogue.

Tarik, 16 ans, est un athlète pour une équipe nationale, mais donne également un pseudonyme. Malgré son sourire facile, il dit se sentir perdu et désespéré. Il ressent beaucoup de dégoût et de colère envers la police et l’État.

Il raconte une anecdote sur la tentative de faire approuver son passeport pour assister à une compétition sportive internationale – trois fois, dit-il, il a été rejeté simplement en raison de préjugés contre les habitants de Hay Ettadhamen.

Contrairement à certains de ses amis, Tarik fréquente toujours l’école et est un sportif prometteur, mais a toujours le sentiment qu’il n’a pas d’avenir.

Tarik et ses amis adolescents étaient impatients de montrer des vidéos d’eux-mêmes lançant des feux d’artifice et des pierres sur la police, la fierté visible sur leurs visages. « C’est moi! » dit un. «Les policiers sont des bâtards.»

«Je leur ai renvoyé les cartouches de gaz lacrymogènes avec une raquette de tennis!» dit un autre. Dans un pays avec de moins en moins à leur offrir, ces adolescents ont peu à craindre et peu à perdre.

La brutalité policière a défini ces manifestations. Mardi soir, l’AP a suivi la police et la garde nationale – armés de gaz lacrymogène et de véhicules blindés – alors qu’ils repoussaient la foule en lançant des pierres et des cocktails Molotov, tirant souvent dans des rues étroites et provoquant un tollé des habitants alors que les maisons se remplissaient avec du gaz.

Des vidéos de policiers battant des manifestants ont ensuite circulé sur les réseaux sociaux. Les jeunes personnes interrogées par l’AP ont exprimé ouvertement leur haine pour la police, débordant d’histoires d’injustices quotidiennes. Ils ont dit qu’au lieu du président Kaïs Saied, ils préféreraient voir El Castro – un rappeur tunisien d’un quartier tout aussi pauvre – comme président.

Une coalition d’ONG tunisiennes, dont l’Union nationale des journalistes et avocats tunisiens sans frontières, a tenu une conférence de presse jeudi pour condamner la violence policière – qui, selon eux, était en réponse à une «manifestation légitime» – et la rhétorique médiatique qui a qualifié les manifestants de les criminels.

«Ces jeunes n’ont pas commis de crimes. Ce sont des manifestants. Ils ont protesté contre la politique économique et sociale », a déclaré Mehdi Jlassi, militant et membre du syndicat des journalistes. Ils n’ont même pas l’espoir de rêver d’un avenir meilleur que la prison dans laquelle ils se trouvent.

«Il n’y a pas de dialogue entre l’Etat et ces jeunes, alors ils se tournent vers des solutions radicales, des protestations radicales… C’est pourquoi vous voyez leur frustration face à la police.

Rim Ben Ismail, un psychologue, a précédemment mené une étude auprès de 800 jeunes dans certains des quartiers qui ont vu des manifestations la semaine dernière.

Les personnes qu’elle a interrogées avaient tendance à être sans emploi, issues de familles pauvres ou avaient quitté l’école prématurément. Au cours de la dernière décennie, 1 million d’enfants en Tunisie ont abandonné l’école. Bien qu’elle ait noté que le phénomène des mineurs participant à de telles manifestations nécessite une étude plus approfondie, Ben Ismail a déclaré que leur expérience de la révolution de 2011 pourrait les avoir profondément impactés.

En visitant les écoles en 2011, «nous avons vu que ces enfants avaient vécu tant d’actes violents – le bruit des armes à feu, la mort, la violence dans leur quartier – et que cela les avait troublés et traumatisés.»

Selon elle, des études ont montré qu’une expérience antérieure de violence – dans le quartier ou à la maison – conduirait à une tendance à s’engager dans de telles formes de protestation radicale.

«Ces mêmes jeunes trouvent que la seule façon de s’exprimer est la violence», a-t-elle déclaré.

Source : Associated Press, 23 jan 2021

Tags : Tunisie, pauvreté, émeutes,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
22 − 2 =