Émeute de jeunes tunisiens, 10 ans après la démission du président

Publicités

LE CAIRE – Des émeutes et des pillages ont secoué certaines parties de la Tunisie dimanche matin, quelques jours après que le pays a célébré le 10e anniversaire de la démission du président de longue date Zein el Abidine Ben Ali dans une révolution du printemps arabe. Les émeutes sont également survenues alors que le Premier ministre Hichem Mechichi a annoncé samedi un important remaniement ministériel.

Les médias arabes ont diffusé des vidéos amateurs de foules de jeunes hommes mettant le feu et pillant des banques et des entreprises privées au cours d’une deuxième journée de violence dans plusieurs villes tunisiennes.

Le ministère de l’Intérieur a signalé que 242 personnes avaient été arrêtées à la suite des violences.

Le Premier ministre Hichem Meshishi a déclaré samedi dans une allocution publique qu’il présentait un remaniement ministériel au parlement pour tenter d’atténuer la corruption, le chômage et les difficultés économiques qui sévissent dans le pays.

Il dit que les mois à venir constituent une menace sérieuse et que des réformes doivent être apportées à l’économie en même temps que des efforts pour redresser l’injustice sociale et le sous-développement. Une plus grande coopération est également nécessaire au niveau ministériel, ajoute-t-il, et c’est la raison de la décision de remanier le Cabinet.

Le sociologue politique égyptien Said Sadek, s’adressant à VOA depuis la Tunisie, a déclaré que la majorité des émeutiers étaient «des adolescents et des jeunes hommes», et que la police a été «réticente à les réprimer en raison des critiques de brutalité de divers partis politiques».

Sadek note que de nombreux Tunisiens ne sont pas satisfaits de la situation actuelle, que ce soit économiquement ou politiquement, et beaucoup pensent que les politiciens ne se soucient pas du sort des gens ordinaires.

«Ce modèle du printemps arabe fait face à beaucoup de difficultés malgré toute la couverture médiatique occidentale et l’image qu’il s’agit d’un succès. À l’intérieur du pays, les gens ne ressentent ou ne voient aucun succès. Ils n’ont pas de pain, ils n’ont pas «Je n’ai pas d’eau, (et) la sécurité du pays est problématique», a-t-il déclaré.

Le gouvernement a annoncé un verrouillage de quatre jours la semaine dernière, affirmant que cette décision était due à une augmentation du nombre de cas de coronavirus. Certains analystes affirment cependant que le verrouillage visait à prévenir d’éventuelles violences à l’occasion de l’anniversaire du départ de l’ancien président Ben Ali le 14 janvier 2011. La

Tunisie a été confrontée à de graves problèmes économiques depuis le départ de Ben Ali et le récent coronavirus la crise a laissé le pays avec un déficit budgétaire. Les Tunisiens affirment également que le gouvernement n’a pas assez d’argent pour acheter suffisamment de vaccins pour sa population.

La révolution du «printemps arabe» en Tunisie a éclaté en décembre 2010 après qu’un jeune vendeur de légumes du nom de Mohammed Bouazizi se soit incendié pour protester contre les conditions économiques et les brutalités policières présumées. Ce fut la première des révolutions à travers le monde arabe, dans des endroits comme l’Égypte, la Libye, le Yémen et la Syrie.

Malgré le renversement de gouvernements dictatoriaux comme celui de Zein el Abidine Ben Ali en Tunisie en 2011, bon nombre des demandes et aspirations des manifestants n’ont jamais été satisfaites, ce qui a entraîné des explosions périodiques de colère publique comme les dernières émeutes et violences de ces derniers jours.

Publicités

Voice of America, 17 jan 2021

Tags : Tunisie, printemps arabe, manifestations, émeutes,

Publicités

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
29 × 30 =