Un Tunisien découvre ses origines palestiniennes 30 ans après son adoption

Publicités

En 2005, peu de temps après la mort de sa mère en Tunisie, Ayman s’est agenouillée à côté de son lit entouré de ses affaires et a remarqué un morceau de papier sur une boîte d’articles non triés. On y lisait: « Selon le représentant de l’Organisation de libération de la Palestine [OLP] en ​​République arabe syrienne, – le bureau de Damas, – l’enfant Ayman Abd Al-Rahman Al-Derawi, fils d’Aisha, né à Beyrouth, Liban, le 11- 6-1982, et ses parents font partie des martyrs tués lors de l’invasion sioniste du Liban. « 

Avec des émotions mitigées, Ayman se précipita vers son père pour obtenir des réponses, mais sa ligne de questions alarma son père qui était surpris que son fils ait découvert qu’il avait effectivement été adopté. Voyant la colère sur le visage de son père, Ayman a juré de ne pas déterrer le passé tant que son père serait en vie.

En 2016, quatre ans après la mort de son père, Ayman a quitté la Tunisie pour le Liban à la recherche de ses proches.

Ayman Bin Hadi, né Al-Derawi, a maintenant 38 ans. Il a été élevé par ses parents tunisiens – Abdel Qader Bin Hadi et Samira Bin Abd Al-Salam – presque depuis sa naissance après que ses parents réfugiés palestiniens ont été tués lors des massacres de Sabra et Chatila à Beyrouth en 1982.

Une fois au Liban, il a visité les fosses communes où ses parents sont enterrés et, pour la première fois, il a parlé à sa mère et à son père biologiques. Il leur a dit que ses parents adoptifs étaient très gentils et généreux et ne lui ont jamais permis de se demander s’il était leur fils, mais maintenant il souhaitait avoir rencontré et parlé à sa mère et à son père biologiques.

Lors de sa visite au Liban, Ayman a pu retrouver des proches qui ont expliqué qu’il avait survécu au massacre parce que sa mère l’avait caché dans un conteneur, où il a été retrouvé par un membre de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) qui l’a emmené avec d’autres enfants orphelins en Syrie. Selon les documents, il n’y est resté que trois mois avant d’être adopté et emmené à Sousse en Tunisie.

Il a également découvert qu’il avait une demi-sœur, de son père, qui vivait à Gaza où son père avait auparavant vécu, été marié et avait eu un enfant avant de déménager au Liban. En raison du siège d’Israël sur Gaza, Ayman n’avait aucun moyen de rencontrer son Huda de 50 ans qui vit dans le camp de réfugiés de Nuseirat avec ses neuf enfants.

Le couple espère effectuer des tests ADN pour confirmer leurs relations sanguines.

« Je me suis toujours senti tellement passionné par la cause palestinienne et nostalgique du peuple palestinien », me dit Ayman, « mais je ne m’étais jamais attendu ni même pensé que j’étais palestinien ».

«Quand j’ai découvert mes origines palestiniennes et surtout que mes racines venaient de la bande de Gaza, j’ai été submergé de fierté et d’un sentiment de fermeté», ajoute-t-il.

Ayman a récemment reçu son passeport palestinien de l’ambassade palestinienne en Tunisie après avoir contacté le bureau de l’Autorité palestinienne (AP) à Ramallah. « J’ai atteint l’un de mes objectifs mais je ne sais toujours rien de la famille de ma mère tuée et je n’ai pas réussi à rencontrer ma seule sœur à Gaza. »

« Le massacre a pris fin et nous en payons le prix alors que l’ennemi est toujours libre et agit au-dessus de la loi. »

Publicités

Middle Eats Monitor, 30 déc 2020 (traduction non officielle)

Tags : Tunisie, Palestine, Sabra, Chatila, Liban, Israël,

Publicités

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
20 + 11 =