L’Algérie et le chahut médiatique occidental

Au moment où les armes parlent à Guerguerat et que le dossier du Sahara Occidental remonte à la surface plus après le «coup foireux» de Trump que lors de l’agression marocaine contre des civils sahraouis, des «experts» et autres anciens diplomates, sans oublier les «observateurs avertis», multiplient les déclarations et analyses sur la question. Et dans cette diarrhée de commentaires, l’Algérie est souvent mise, à dessein parfois, au centre du problème.

Le conflit est maroco-sahraoui, mais il semble que sa gestion est prioritairement fonction de ce que fera Alger. C’est, en tout cas, l’idée générale que l’on a à la lecture de certains articles de la presse internationale, commandés, là aussi, à dessein. Cette presse va jusqu’à insinuer que l’Algérie est un facteur bloquant de la solution au Sahara occidental. Il y est suggéré un intérêt d’Alger à maintenir le statu quo. Et comme pour appuyer ces insinuations, on souligne les appels du pied de la part du Maroc pour un dialogue algéro-marocain sur cette question précisément. Chose qu’Alger rejette légitimement, en raison du caractère onusien du dossier de décolonisation. La thèse marocaine est même appuyée en sous-main par des éditoriaux, ainsi que par d’anciens diplomates, devenus «experts» grâce aux chèques du Makhzen.

Dans cette offensive médiatico-diplomatique qui tire ses racines depuis 1991, l’Algérie est décrite comme un «Etat hésitant» qui préfère subir les évènements plutôt que de prendre des initiatives. La réalité est bien entendu très différente de ce que veulent nous faire croire les chancelleries occidentales.

En réalité, l’Algérie entend donner au Maghreb les moyens d’émerger véritablement et édifier un bloc intégré susceptible de faire face à toutes les ingérences étrangères. La diplomatie algérienne milite pour une application stricto-sensu des résolutions de l’Onu, avec l’objectif assumé de créer un Maghreb des peuples où les nationalités des uns et des autres fonderaient dans une « Maghrébinité» où tous les citoyens de la région appellent de tous leurs vœux. Mais il n’est pas question de construire pareil idéal sur le dos d’un peuple qui refuse la tutelle d’un Etat colonisateur.

Mais force est de constater que la démarche algérienne ne plait pas à l’ancienne puissance coloniale qui a mobilisé sa presse pour chahuter la voix de l’Algérie. C’est de bonne guerre pour Paris, mais quel gâchis pour le Maghreb qui, malgré tout le bénéfice qu’en tirerait les Algériens, Marocains, Tunisiens et Mauritaniens, en attendant que les libyens retrouvent leur unité dans un dialogue inclusif. Et c’est justement ce que réclame l’Algérie.

Par Nabil G.

Ouest Tribune, 20 déc 2020

Tags : #SaharaOccidental #Polisario #Marruecos #Maroc #WesternSahara #Morocco #Algérie #PresseFrançaise



Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
13 − 7 =