Le rapprochement entre le Maroc et Israël est un travail du lobby juif

La décision du Maroc d’établir officiellement des relations diplomatiques avec Israël a pris l’ensemble de la Communauté internationale de court. Même chose pour la décision, presque concomitamment et illico, annoncée par le président des Etats-Unis Donald Trump reconnaissant solennellement la souveraineté du royaume chérifien sur le territoire du Sahara occidental, au mépris des résolutions des Nations unies qui considèrent que cette question est l’objet d’un litige international non résolu et figure sur la liste de l’ONU des territoires non autonomes. Les Etats-Unis et Israël ont usé de corruption et d’intimidation dans leur acte illégal pour permettre au Maroc d’asseoir une situation illégale et incompatible avec le droit international tout en continuant à exploiter illicitement les ressources naturelles du Sahara occidental par l’Office chérifien des phosphates, propriété de la famille royale marocaine.

Cette exploitation avec la bénédiction de Paris et de Washington contribue largement à asseoir et maintenir la présence coloniale du Maroc, en tant que force d’occupation, dans plusieurs parties du Sahara occidental. Le Maroc s’enrichit de fait au dépend du peuple sahraoui. Ce plan impérialo-sioniste avec comme tête de pont la monarchie marocaine s’ajoute au deal du siècle avec les monarchies du Golfe les ramenant dans le giron immédiat de Washington et de Tel Aviv. Le rapprochement de proximité entre le Maroc et Israël est le résultat d’un  » travail diplomatique  » discret, méthodique, méticuleux et efficace accompli durant ces dernières années par les stratèges marocains et israéliens, relayés, fortement auprès des décideurs à Washington où l’Etat hébreu bénéficie de l’appui des lobbies, notamment le lobby juif très puissant auprès de la Maison-Blanche, du Congrès, du Sénat, du Pentagone et du Département d’Etat et dans les milieux médiatiques, financiers et des think tank, rappelle un ancien diplomate.

Pour sa part, l’ancien diplomate et ministre de la Communication, Abdelaziz Rahabi a relevé il y a quelques jours, l’existence d’une stratégie de  » tension permanente  » développée par certains cercles proches du Maroc, visant à contraindre l’Algérie à  » changer de priorité « .  » Beaucoup de stratèges proches du Maroc développent cette stratégie de tension permanente « , a-t-il déclaré sur LSA directe, soulignant que l’objectif escompté de cette « guerre d’usure est d’obliger le pays à » changer de priorités.

Selon l’ancien ministre, l’Algérie a toujours été sous tension permanente sur les questions internationales, notamment sur la question palestinienne.  » On nous demande toujours de faire des concessions sur la question palestinienne. Nous ne l’avons pas fait « , a-t-il affirmé, faisant savoir que  » beaucoup de pays étrangers y compris les pays amis, avaient demandé à l’Algérie en 1988 de reporter le Conseil national palestinien tenu à Alger parce qu’il y avait des menaces. M. Rahabi, évoquant l’intervention militaire du Maroc à El Guerguerat, a soutenu que le  » Maroc jouit d’un soutien diplomatique direct et inconditionnel de la France au Conseil de sécurité de l’ONU « , mais également, d’un  » soutien financier à l’effort de guerre des pays du Golfe « .  » Il a incontestablement joué la carte de la Palestine en se rapprochant de l’entité israélienne pour ne pas aller jusqu’à normaliser avec lui parce qu’il y a probablement des résistances à l’intérieur « , a-t-il ajouté.

Le roi Mohamed VI sous la pression des Etats-Unis et des monarchies arabes s’est joint à leur plan visant l’Algérie en consacrant une présence effective des Etats-Unis et d’Israël dans son royaume, au Sahara occidental et directement au Maghreb. Désormais, le Maroc s’inscrit en droite ligne comme un allié privilégié de Washington, Tel Aviv et Paris. Une alliance visant un agenda précis qui changera à terme l’équilibre géopolitique de la région. L’Algérie depuis les années 7O du siècle précédent apporte son soutien entier au peuple sahraoui pour son autodétermination, et est tout à fait dans son droit à ne pas s’accommoder à ces changements géopolitiques qui s’opèrent à ses frontières Ouest, avec un  » nouveau Maroc  » à la solde d’Israël.

L’Algérie observe avec préoccupation les événements qui se sont déroulés à ses frontières Ouest ces derniers jours et réaffirme sa positon invariable de soutien à la recherche d’une solution à la question du Sahara occidental qui garantisse l’exercice du droit légitime du peuple sahraoui à la liberté, détermination, conformément aux objectifs et principes de la Charte des Nations unies, au droit international et aux résolutions pertinentes de l’ONU, en particulier la résolution 1514 (XV) de l’Assemblée générale : « Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et peuples coloniaux « .
Dans le même décryptage, Christopher Ross, ancien émissaire de l’ONU au Sahara occidental a critiqué l’annonce, par Donald Trump, de la reconnaissance de la prétendue souveraineté marocaine sur le Sahara occidental ;  » Cette décision insensée et irréfléchie va à l’encontre de l’engagement des Etats-Unis à l’égard des principes d’annexion de territoires par la force et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, tous deux inscrits dans la Charte des Nations unies.

 » Il est vrai que nous avons ignoré ces principes en ce qui concerne Israël et d’autres, mais cela n’exonère pas de les ignorer au Sahara occidental et d’encourir des coûts importants en termes de stabilité et de sécurité régionales et de nos relations avec l’Algérie « , prévient-il. Il assure, également que l’annonce faite par Trump risque de  » dissuader le Sahara occidental de rester dans le processus de négociations  » et menace les relations américaines  » avec l’Algérie qui soutient le droit du peuple sahraoui de décider de son avenir à travers un référendum « . Cette décision pourrait également, selon M. Ross, menacer le développement des liens existant entre l’Algérie et les Etats-Unis sur les plans énergétique, commercial et en matière de coopération sécuritaire et militaire « . Pour lui la décision du président Trump garantit la poursuite des tensions, de l’instabilité et la désunion en Afrique du Nord « .
B. C.

Le Maghreb, 16 déc 2020

SaharaOccidental #WesternSahara #Polisario #Maroc #Morocco #Marruecos

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
14 + 25 =