Maroc : 43ème anniversaire de l’assassinat de Saida Mnebhi

Saida Menebhi (1952, Marrakech 11 décembre 1977, Casablanca ) était une poète marocaine et militante d’un mouvement révolutionnaire marxiste Ila al-Amam.

En 1975, elle, avec cinq autres membres du mouvement, a été condamnée à sept ans d’emprisonnement pour activités anti-étatiques.

Dans la prison de Casablanca, elle a entamé une grève de la faim et est décédée le 34e jour de la grève.

Sa poésie, recueillie et publiée en 2000, est considérée comme un excellent exemple de la littérature révolutionnaire et féministe marocaine.
Elle a écrit en français.

Le 16 janvier 1976, Saida Menebhi a été enlevée et détenue avec 3 autres militantes dans la prison secrète Moulay Sherif à Casablanca, maintenant connue comme un centre de torture important à l’époque du roi Hassan II.

Là, ils ont été soumis à différents types de tortures physiques et psychologiques avant d’être transférés à la prison civile de Casablanca.
Menebhi et ses camarades Fatima Okasha et Rabiaa al-Futooh ont été condamnés à l’ isolement cellulaire indéfini dans la prison civile de Casablanca.

« Durant le règne de Hassan 2 le roi du Maroc (années de plombs)
Saida Mnebhi après une grève de faim de 34 jours, elle s’éteint le 11/12/1977, laissant derrière elle, un sourire courageux, une grande bravoure, des principes humaines, des poèmes rebelles, où elle raconte l’histoire d’un Maroc obscure, atroce, sanglant répressif.

Je vous chante aujourd’hui en hommage de cette icône de liberté et bravoure, cet extrait d’une de ces magnifiques poèmes:

« Le vent de mon pays
Souffle, hurle, gronde
Sur la terre humide qu’il balaie
Il trace des figures
Il grave un passé
Le mien, le tien, celui de chacun
Son bruit me rappelle une symphonie
Celle que tu susurrais à mon oreille chaque nuit
Avant, il y a longtemps déjà
Aujourd’hui, ce soir, cette nuit
Seules les empreintes de la vie
Me reviennent à l’esprit et
La pluie tenace, le vent têtu
Reviennent comme chaque année
Et me ramènent à toi
Aussi loin que tu sais
Me rappellent encore
Que j’ai un corps que j’ai une voix
Que j’élève en offrande à toi »

Source : Facebook

Tags : Maroc, Makzen, années de plomb, Hassan II, répression, Saida Mnebhi,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
26 ⁄ 13 =