Mali: coup d’État contre la France?

La chute du président Ibrahim Boubacar Keita (IBK) après le coup d’État au Mali reflète l’échec de la stratégie de sécurité internationale dans le pays. Le mécontentement social a alimenté une prise de pouvoir qui aggrave les multiples crises dans ce territoire clé pour l’UE en ce qui concerne la maîtrise du terrorisme et des migrations. Si le changement de régime semble laisser la France et l’Occident sans allié principal au Sahel, menace-t-il vraiment leurs intérêts?

Le peuple malien en a assez dit. Marre du mauvais gouvernement, de la pauvreté et de la violence qui saignent le pays ces dernières années, une grande partie du peuple malien a applaudi le renversement du président, Ibrahim Boubacar Keita (IBK), aux mains de l’armée commandée par le colonel Assimi Goita. Des milliers de personnes ont célébré son départ après des mois à l’avoir revendiquée lors de manifestations de masse à travers le Mali. Le Mouvement du 5 juin, alliance hétérodoxe de sensibilités politiques différentes allant du progressiste au conservateur, a canalisé la frustration sociale après les résultats contestés des élections législatives d’avril et créé un climat qui annonçait un coup d’État, dans un pays malheureusement trop accoutumé. à l’arbitrage politique de l’armée. Des commandos émeutiers ont arrêté le président et l’ont forcé à démissionner. IBK est tombé et avec lui, l’ombre allongée de la France, du moins a priori.

Perçu comme une marionnette de Paris, corrompu et incapable de faire face aux grands défis du territoire au niveau sécuritaire, politique, économique et social, le président déchu incarnait l’impuissance d’un peuple furieux de l’ingérence étrangère continue, de l’effondrement de son État et l’aggravation des attaques terroristes et des conflits intercommunautaires. Il n’y a pas si longtemps, au contraire, il s’est proposé comme solution à certains de ces problèmes. En 2013, il a remporté les élections, soutenu au niveau international et a abouti à la transition politique amorcée après le précédent coup d’État qui avait renversé Amadou Tamani Touré un an plus tôt. Il a promis le développement social et économique, le redressement de la partie nord du pays aux mains des groupes armés et la fin de la violence. Rien de tout cela ne s’est produit, mais cela a empiré. En 2018, il remporte à nouveau quelques voix contestées par l’opposition et son actuel patron, kidnappé dans le nord, Soumaila Cissé, mais accepté par l’ancienne métropole. Ainsi, il a assumé sa dernière chance de reconstruire un État de facto fracturé, dévoré par des massacres interethniques inconcevables jusque-là et transformé en laboratoire de test de stratégies militaires ratées. Il n’a pas atteint ses objectifs.

Le Mali continue aujourd’hui au bas des pays les plus vulnérables de la planète, avec des niveaux de pauvreté indécents; les régions du nord continuent d’échapper au contrôle de Bamako et les groupes armés, loin de se dissoudre, se reproduisent. Un très mauvais équilibre en raison de handicaps externes et personnels, de faiblesses et d’ineptitudes, comme la nomination d’un fils vantard président de la commission de défense de l’Assemblée nationale, plonger dans le népotisme et la déconnexion des élites face à la souffrance de son peuple . Des décisions incompréhensibles qui menacent des paris politiques plus profonds et une controverse qui, sans aucun doute, ont conduit à une crise de légitimité insoutenable qui a abouti au coup d’État. Parmi les plus importantes, la prétendue contribution à la militarisation des milices dogons, responsable de la recrudescence des massacres communautaires; la tentative de dialogue avec des groupes djihadistes comme l’Ansar Dine d’Iyad Ag Aghali ou le Front de libération Macina d’Amadou Kouffa, regardé avec méfiance par la population, ou la signature même des accords de paix d’Alger avec les insurgés touareg, qui ont accepté la décentralisation de l’administration malienne donnant une partie de la souveraineté aux élites du Nord. Peu – ou rien – a été fait par rapport à ces pactes signés en 2015, mais la simple possibilité de leur application a irrité les populations du Sud, méfiantes de ce qu’elles considèrent comme une concession inacceptable en faveur de la partition de la République du Mali, et ceux du nord, impatients de la rupture des engagements acquis.

Ces facteurs découlent directement ou indirectement du colonialisme passé et du néocolonialisme actuel qui, au fil du temps, ont imposé la logique jacobine de l’État; des communautés agricoles sédentaires privilégiées au détriment des nomades et des pasteurs; et, à ce jour, elle impose uniquement des perspectives sécuritaires dans la lutte contre le terrorisme, aliénées de la volonté des populations autochtones, qui contribuent à des spirales de violence difficiles à résoudre. Avec la guerre en Libye, encouragée par l’ancien président français Nicolas Sarkozy, le désastre a commencé. Le Sahel a été déstabilisé, les armes ont été étendues et des groupes sécessionnistes et djihadistes ont proliféré cachés dans des zones difficiles d’accès pour les États fragiles, sont encore intervenus. C’était le début de l’effondrement du Mali, vendu seulement au début des années 2000 comme référence africaine pour la stabilité politique et économique. La France a aidé son ancienne colonie avec l’opération Serval et a stoppé l’avancée des djihadistes vers le sud. Il a gagné une bataille, mais pas la guerre. Les groupes armés se sont à nouveau réfugiés au Sahara et de là ils continuent à organiser leurs offensives. Puis vint Barkhane et plus récemment Takuba. La France est solidement implantée sur le terrain avec plus de 5 000 soldats, et elle n’est pas la seule.

Des milliers de soldats de toutes les puissances mondiales sont déployés dans le pays. Les États de l’UE, dont l’Espagne, avec 200 soldats, participent à des missions de formation militaire; le G5 Sahel, organisme créé par la France elle-même, compte environ 3 000 unités et les États-Unis, dont le nombre exact est inconnu, interviennent également avec une aide militaire importante. Ils essaient tous de maintenir la paix, mais surtout ils gardent ce qui reste de l’État malien et préservent les intérêts géostratégiques et économiques liés à l’industrie de l’armement et de la sécurité, au confinement des migrations ou à l’extraction de l’or. Avec l’ensemble de la communauté internationale installée sur place, il est difficile de comprendre que des commandants militaires formés par les forces étrangères elles-mêmes ont réussi à prendre le pouvoir sans que personne ne s’y attende. L’implication – ou non – de l’une ou l’autre puissance sera élucidée au fil du temps et, pour l’instant, seule la propagande de l’une et de l’autre pointe vers des puissances cachées comme la Russie, désireuses de consolider son influence en Afrique. La vérité est cependant que dans cette partie du monde rien ne se passe sans l’approbation de la France, par action ou par omission. Les liens de l’Elysée avec ses anciennes colonies sont trop étroits et la Françafrique, loin d’être aux heures creuses, reste en bon état dans cette partie du monde.

La rhétorique anti-française peut donc servir de catalyseur à une société civile désillusionnée contre un dirigeant déprécié, mais Paris sait bien tirer les ficelles pour sauvegarder ses biens. En fait, il préparerait déjà une candidature informelle pour une hypothétique future élection et Soumeylou Boubèye Maïga, ancien Premier ministre de l’IBK, aurait des chiffres pour la diriger. Alors que la rue hurle contre Barkhane, la nouvelle junte militaire s’est empressée de maintenir les accords internationaux, acceptant la présence militaire étrangère – également française – consciente de son besoin. Les nouvelles autorités disent rejeter la classe politique vieillissante et clientéliste, et demandent du temps pour organiser les élections, fuyant le «fétichisme électoral», craignant que la tenue rapide des votes ne renforce l’ingérence étrangère pour imposer des directions locales déjà consolidées. Mais personne ne l’accepte, pas même la Communauté des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), perçue plus comme un club de dirigeants craignant de perdre le pouvoir que comme un organe garant de la démocratie, qui a imposé des sanctions pour pousser à une transition civile; Le leader des mobilisations d’avant le coup d’État non plus, l’imam influent, Mahmoud Dicko, qui de ses slogans nationalistes et anti-français, appelle à un processus qui a la société civile mais aussi les élites mêmes dont il nie mais fait partie.

Le coup d’État, donc, plus qu’un réel changement, apparaît comme une tentative désespérée de supplanter un pouvoir local diffus utilisant un sentiment anti-français, mijoté et avec des motifs dans l’aridité du Sahel. Un changement de visage gatopardien qui, loin de menacer l’autorité royale étrangère, considérée plus comme une partie du problème que comme une solution, risque de le consolider et menace toute une région soumise depuis trop longtemps à toutes sortes de violences.

Barcelona Center for International Affairs, 9 sept 2020

Mots clés: Mali, Sahel, France, Ibrahim Boubacar Keita, coup d’État, terrorisme, Libye, intérêts géostratégiques