Coronavirus : La réalité pulvérise la fausse vitrine créée par le Maroc

Lors de l’explosion de la pandémie de covid 19, au lieu de se soucier de la situation de la population, les autorités marocaines se sont occupées à tenter de sauvegarder la vitrine du royaume créée par ses lobbies. A titre d’exemple, le leader de l’extrême gauche française, Melenchon a invité la France à s’inspirer du Maroc pour faire face au coronavirus.

Rabat a adopté la mythomanie comme stratégie ultime pour s’ériger en puissance africaine. A cet effet, il a dépensé des sommes faramineuses dans la création de sites et d’agences de presse dans chaque région de l’Afrique en vue de disséminer ses mensonges et faire croire aux africains qu’ils ont beaucoup à gagner avec le Maroc. Dans ce but, les autorités marocaines n’ont pas hésité à présenter leurs pays comme un exemple de progrès et épanouissement. Voire, un paradis sur terre à un moment où le monde entier s’engageait à lutter contre ce nouveau fléau.

Mais la réalité est cruelle et finit toujours par ratrapper ceux qui tentent de la déformer. En effet, la vitrine bâtie par Rabat en vue de tromper le monde s’est effondré sous le poids des conditions de misère dans laquelle se développent l’écrasante majorité des marocains qui vivent en-dessous du seuil de pauvreté. La chute du maquillage a laissé place au véritable visage de la monarchie marocaine, un visage laid et vilain.

Le Maroc est sorti de la liste des pays dont les ressortissants sont autorisés à entrer dans l’UE sans restrictions, le 7 août dernier. Le pays fait face à une hausse des cas de Covid-19 et du nombre de décès. Même l’OMS a tiré la sonnette d’alarme sur la situation épidémique au Maroc. Le royaume connaît une aggravation significative de la pandémie, avec une hausse exponentielle des contaminations et un quasi-triplement du nombre de décès en quelques jours seulement. L’armée n’a pas été déployée pour imposer les mesures de protection sanitaires, mais pour rester en garde contre toute tentative de soulèvement de la population meurtrie par l’épidémie. Le royaume du Maroc n’est pas aussi résilient qu’on veut le laisser croire.

Selon une note rédigée par le Haut-commissariat au plan (HCP), le Système des Nations unies (SNU) au Maroc et la Banque mondiale (BM), l’impact de la crise sanitaire sur l’économie marocaine est affectée, d’une part, par l’effondrement économique global, qui touche notamment l’Europe, son principal partenaire commercial et, d’autre part, par les mesures de confinement pour faire face à la propagation de la pandémie.

La note tripartite souligne également que sur l’ensemble de l’année 2020, l’économie marocaine devrait connaître une récession, la première depuis plus de deux décennies, sous l’effet conjugué de la sécheresse et de la pandémie.

S’agissant du volet social, la note met en avant qu’en raison de la crise économique et sociale déclenchée par le Covid-19, la proportion de personnes « vulnérables à la pauvreté » et/ou « pauvres » pourrait passer de 17,1% de la population en 2019 à environ 19,87% en 2020, soit 1,058 million de personnes additionnelles, ajoutant que l’impact socioéconomique de la crise sera sans doute ressenti en premier lieu et durement par les travailleurs du secteur informel qui représentent une grande majorité des Marocains actifs et populations étrangères (migrants, réfugiés), et qui sont généralement employés dans des secteurs particulièrement vulnérables à la crise, comme le secteur du tourisme ou des transports, la vente au détail, ou encore la « gig économie », mais également par tous ceux dont le travail ne peut pas se faire à distance.

Tags : Maroc, corinavirus, covid 19, pandémie, propagande, confinement,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.