Colonisation : le tamis cachant le soleil

La Belgique se tourne vers son passé colonial…et pour la première fois de l’histoire du royaume, le roi des Belges a envoyé une lettre au président de la République démocratique du Congo à l’occasion du 60e anniversaire de l’indépendance de son pays. Le roi Philippe écrit : « La période coloniale (1908 -1960) a causé des souffrances, des humiliations. Je tiens à exprimer mes plus profonds regrets, pour ces blessures du passé dont la couleur est encore ravivée par les discriminations encore trop présentes dans nos sociétés». Saisissant l’occasion du 60e anniversaire de l’ex-Congo belge, la Première Ministre du royaume, Sophie Wilmés, a emboîté le pas au roi Philippe et a déclaré :«La Belgique partage avec le Congo une histoire commune et, en 2020, nous devons être en capacité de regarder ce passé partagé avec lucidité et discernement. Un passé empreint d’inégalités et de violences vis-à-vis des Congolais».

L’histoire s’auto-revisite ou bégaie-t-elle ? En tout état de cause, la mort de l’Afro-américain Georges Floyd, tué par un policier blanc à Minneapolis, a ravivé le débat sur la sombre période coloniale belge au Congo.

Ce clin d’œil belge à l’histoire coloniale, aura-t-il un effet domino dans le reste de l’ex-Europe coloniale ? Le doute est permis ! L’Angleterre en Inde, la France en Algérie, l’Italie en Libye pourront- ils exorciser leur si lourd et si inhumain passé colonial, et faire table rase d’un déni qui a trop duré ? S’agissant de la France et de son trip colonial en Algérie, et mise à part la sortie de Macron sur une colonisation «mouillée» aux crimes contre l’humanité, le déni demeure. Les ex-présidents de la 5e république ont toujours dit…le presque rien, sur le presque tout.

Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande ont toujours botté en touche hypocrite.

À une logique coloniale trop cohérente sauvagement, les dirigeants français ont toujours répondu par des prétextes disparates, voire négationnistes.
«Événements d’Algérie», était la qualification, jusqu’à un passé récent, de la guerre d’Algérie ! Bégayant déni qui ne masque pas les atrocités « civilisateurs » qui vont des enfumades au napalm et de la gégène à la guillotine.

La France a beau être cruelle, elle se préfère toujours !

La Belgique ouvre le bal de la reconnaissance des crimes et méfaits coloniaux.

La France à l’écorce coloniale gercée et ridée, reconnaîtra-t-elle que son incursion de 132 ans en Algérie, fut tout sauf civilisatrice ?

La Belgique, qui vient de faire sienne la souffrance des autres, montre la voie vers un monde plus apaisé. La France suivra-t-elle en se regardant (vraiment) dans son miroir colonial et admettre une vérité si inhumaine et aérer un passé algérien qui ne passe toujours pas ? L’alibi, des bienfaits de la colonisation, aujourd’hui frelaté, ne tient plus la route. Et le tamis de l’histoire est dégoûté de cacher indéfiniment, le soleil trompeur du colonialisme civilisé.

La Nation, 1 jui 2020

Tags : Belgique, Congo, RDC, France, colonisation, crimes coloniaux,

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.