11-M : Les services secrets marocains et français pointés du doigt par un ancien ministre espagnol


Lors des attentats terroristes des trains de Madrid de 2004, Federico Trillo était ministre de la Défense du gouvernement de José María Aznar et chef des services de renseignement espagnols. Dans une interview accordée en 2007 à la télévision locale de Crevillent, Trillo a fait une mention explicite des services de renseignement marocains au sujet de ces attentats commis par des marocains.

A la question sur si lesdits attentats étaient une revanche du Maroc après son expulsion de l’île de Persil et si les services secrets espagnols l’ont détecté d’une manière quelconque, Trillo dijo : « chaque fois que je parle des Marocains j’ai un problème, il faut faire gafe. Parler des services secrets marocains, c’est parler des services secrets français et cela nous conduirait très loin. A bon entendeur, salut ».

« Plus sérieux, les services secrets du CNI, CESID à l’époque, n’ont jamais détecté, quoi qu’en dise, aucun type d’alerte, et encore moins d’alerte sur les attaques islamistes en Espagne », a-t-il ajouté.

Le lien étroit des services secrets marocains avec les Espagnols et leur intervention présumée dans les attentats de Madrid sont deux des choses que l’ex-commissaire Villarejo a dénoncées devant le tribunal suprême de Madrid et que le Parquet évalue actuellement pour en décider de sa véracité ou une certaine possibilité d’enquête.

Le journal El Espagnol, qui reprend la nouvelle, révèle avoir interviewé une dizaine de policiers qui ont participé à l’enquête sur les attentats. «Quinze ans plus tard et depuis l’anonymat, ils maintiennent tous plus ou moins leur suspicion que les services secrets marocains étaient au moins au courant des attentats. Personne ne doute de la vérité judiciaire des attentats: une cellule de style islamiste les a planifiés et perpétrés pour se suicider deux semaines plus tard, lorsqu’ils ont été découverts. Cependant, il y a beaucoup plus de soupçons quant à l’implication possible ou au moins à la connaissance d’un service secret étranger dans les attaques », signale-t-il.

Selon le même média, « un an avant les attentats, le 16 mai 2003, le Groupe marocain de combat islamique, lié à Al-Qaïda, était à l’origine des attentats de Casablanca qui ont fait 45 morts. En tant qu’auteur présumé, Mustapha Maimouni, beau-frère de Jamal Ahmidan, El Tunecino, l’un des auteurs de l’attaque de Madrid, a été arrêté à Madrid ».

« Son beau-frère a été arrêté et envoyé au Maroc avant les attentats. Les sources consultées par EL ESPAÑOL mettent en doute le fait qu’après avoir été interrogé par la police marocaine, le parent d’El Tunecino n’ait fait aucune mention des attaques que son beau-frère prévoyait commettre à Madrid. Un sentiment qui, comme l’a révélé hier le portail Moncloa.com, était partagé par d’autres officiers de police de haut rang », conclue-t-il.

Tags : Espagne, attentats de Madrid, 11 mars 2004, CNI, CESID,, Maroc, services secrets marocains, services secrets français,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.