Le roi du Maroc appelle à renforcer les relations bilatérales

Dans un message adressé à Bouteflika à l’occasion de la fête de l’indépendance, le roi du Maroc appelle à renforcer les relations bilatérales  

Décidemment, le royaume chérifien ne rate aucune occasion pour réitérer sa volonté de réanimer, voire raffermir ses relations avec l’Etat algérien. Ainsi, à l’occasion de la fête de l’indépendance nationale, le roi Mohammed VI a appelé une nouvelle fois, dans un message adressé hier au président Abdelaziz Bouteflika, à «renforcer davantage les relations bilatérales» entre le Maroc et l’Algérie.
Cette occasion a été mise à profit par Mohammed VI pour réitérer son souci «d’œuvrer (…) pour le rapprochement et la solidarité entre les deux pays sur la base, notamment, de la complémentarité et de l’intégration», est-il écrit dans le message. Auparavant, le royaume chérifien n’a pas manqué de dépêcher, samedi dernier à Alger, une importante délégation ministérielle pour transmettre un message de condoléances du roi Mohammed VI au président Abdelaziz Bouteflika après le décès de son frère. Mustapha Bouteflika, rappelons-le, est décédé vendredi dernier des suites d’une longue maladie.
La délégation marocaine était composée notamment de Mohammed Moatassim, conseiller du roi, du ministre des Affaires étrangères Taïb Fassi Fihri et de celui des Affaires islamiques Ahmed Taoufiq, a rapporté l’AFP qui cite une source officielle. «J’adresse à Votre Excellence et, à travers vous, à votre honorable famille mes vives condoléances, ma sincère compassion et mes sincères sentiments de sympathie suite à cette perte cruelle», écrit le roi Mohammed VI au président algérien. «Tout en partageant votre peine suite à cette cruelle perte (…) je prie le Très-Haut de vous préserver, vos proches ainsi que votre peuple voisin frère, de tout malheur», est-il ajouté dans le message royal.
Il faut rappeler que malgré le froid qui caractérise les relations algéro-marocaines depuis notamment la fermeture par l’Algérie de la frontière terrestre entre les deux pays en 1994, le royaume chérifien a toujours émis le vœu de normaliser ses relations avec l’Algérie et de rouvrir la frontière aussi rapidement que possible.
Parmi les nombreuses sorties publiques des officiels marocains, celle, en 2009, de Tayeb Fassi Fihri, ministre marocain des Affaires étrangères, est sans équivoque. S’exprimant en marge d’une réunion des ministres de l’Union du Maghreb arabe à Tripoli, il a déclaré que «l’un des conflits majeurs entravant les relations avec l’Algérie, le Sahara Occidental, pouvait se transformer en une situation de gagnant-gagnant» s’il pouvait être résolu par l’ONU. Fihri n’est pas sans savoir que ce conflit est également un obstacle essentiel posé sur la voie du développement de l’UMA et de la zone de libre-échange qui a été proposée.
En effet, les relations entre le Maroc et l’Algérie sont marquées par des tensions dues essentiellement à l’affaire du Sahara occidental.
Farid A.
Le Jeune Indépendant, 7/7/2010

Readers Comments (1)

  1. Le roi du maroc peut révercomme bon lui semble mais qu'il n'oublie jamais que le peuple algérien ne sacrifiera jamais le peuple frére sahraoui sur l'hotel des intérets mesquins et mercantiles L'algérie ne e reniera jamais et nous resterons aux cotés de nos fréres et soeurs sahraouis jusqu'à leur indépendance leur liberté Viva R A S D Viva POLISARIO

    Répondre

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Résoudre : *
10 − 4 =